Jean-François Roy coupable du meurtre prémédité d’un chauffeur de taxi en Beauce

Jean-François Roy coupable du meurtre prémédité d'un chauffeur de taxi en Beauce

Jean-François Roy, l’homme qui avait raconté avec détachement comment il a tué le chauffeur de taxi de Saint-Georges-de-Beauce, Hygin Veilleux, a accueilli avec la même impassibilité le verdict de meurtre prémédité qui a scellé son avenir pour les 25 prochaines années.

Il aura fallu quatre jours de délibération avant que le juré numéro un se lève dans une salle bondée du palais de justice de Sainte-Joseph-de-Beauce pour dire: «Coupable de meurtre au premier degré». C’est donc dire que l’accusé de 33 ans passera le reste de ses jours derrière les barreaux sans possibilité de libération avant 2039.

Le verdict a été accueilli par un poing fermé en guise de victoire par le fils de la victime. Serge Veilleux et sa conjointe ont ensuite laissé couler des larmes en silence tout en écoutant le juge s’adresser au meurtrier.

« Crime gratuit »

«C’est un crime gratuit, c’est un crime qui reste dur à expliquer», a lancé le juge Louis Dionne à Roy, toujours impassible.

L’accusé, qui a pris 90 livres depuis le meurtre survenu le 7 novembre 2014, a même gardé le silence lorsque le juge lui a proposé de s’adresser aux gens une dernière fois avant de prendre le chemin des cellules.

Le jury, qui a été libéré après l’annonce du verdict, n’a donc pas cru la thèse de la non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux, présentée par la défense. Il faut dire que cette thèse présentée avait été mise à mal par son propre expert.

Tel père, tel fils

Une délivrance pour les proches de la victime qui ont craint que le verdict ne penche du côté de la défense. «Il y a des bouts, quand ils [les jurés] voulaient revoir l’interrogatoire des deux docteurs, on s’est dit: est-ce qu’ils vont pencher vers les troubles mentaux »» a raconté Serge Veilleux.

Le verdict de meurtre prémédité était toutefois la seule conclusion qui leur permettait de «tourner la page». «Il peut reposer en paix maintenant», a lancé Nicole Dulac, qui tenait amoureusement la main de son conjoint pendant qu’ils s’adressaient aux médias.

Camionneur avant le drame, Serge Veilleux a décidé d’honorer la mémoire de la victime de 73 ans en reprenant le taxi «numéro 27» de son père. «On va continuer le travail comme lui, tel père, tel fils», a dit ensemble le couple.

Rappelant que l’épreuve a été difficile, notamment pour leurs enfants de 9 et 15 ans, les Veilleux espèrent maintenant qu’il n’y aura pas d’appel.

7 novembre 2014

Jean-François Roy appelle un taxi d’une cabine téléphonique. C’est Hygin Veilleux, 73 ans, qui répond à l’appel.

8 novembre 2014

Hygin Veilleux est retrouvé mort dans son taxi, garé dans la 123e Rue, à Saint-Georges.

9 novembre 2014

Notamment grâce aux données GPS, Jean-François Roy est arrêté, interrogé, puis accusé du meurtre du chauffeur de taxi.

Décembre 2014

Jean-François Roy tente de se suicider, mais sans succès, au Centre de détention de Québec.

29 mai 2017

Début du procès avec la sélection du jury.

16 juin 2017

Le jury reconnaît l’accusé coupable du meurtre prémédité du chauffeur de taxi.

« On voit qu’il ne regrette rien, c’était juste du bluff, il n’a aucun sentiment, il est froid. » Serge Veilleux, fils de la victime

« C’est comme si 50 livres venaient de nous débarquer des épaules. » Nicole Dulac, conjointe de Serge Veilleux

« On espère que ce verdict va mettre du baume sur les plaies. On est très heureux pour les membres de la famille. » François Godin, procureur du DPCP

« Ça ne le ramènera pas sur la terre, mais au moins [le meurtrier] aura du temps en masse pour réfléchir. » Serge Veilleux

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *