Jour de vote dans quatre comtés

Jour de vote dans quatre comtés

Après un mois de campagne, c’est jour d’élections partielles dans quatre circonscriptions lundi: Arthabaska et Saint-Jérôme, où des luttes serrées se dessinent, puis Marie-Victorin et Verdun, où certains espèrent des surprises.

Contrairement aux élections partielles de juin 2015, dans la région de Québec, qui avaient pris une envergure quasi nationale avec des candidatures vedettes et des visites très médiatisées des chefs de parti, les courses qui se terminent aujourd’hui auront, somme toute, peu soulevé les passions.

«Moi-même, je suis déjà passé par des élections partielles: la mobilisation est plus compliquée. Il n’y a pas la caravane et des chefs et des médias qui alimentent, pendant une trentaine de jours, un débat», a observé vendredi le député libéral Jean-Marc Fournier.

SAINT-JÉRÔME

Photo courtoisie

Marc Bourcier

Ça joue du coude dans Saint-Jérôme, un comté laissé vacant depuis la démission de Pierre Karl Péladeau, que les péquistes espèrent conserver.

«Énormément de nos collègues ont été sur place», a souligné vendredi le chef péquiste Jean-François Lisée, qui mise sur le conseiller municipal Marc Bourcier.

«C’est une lutte à deux entre la CAQ et le Parti québécois», croit François Legault.

Photo courtoisie

Bruno Laroche

L’ancien député caquiste de Saint-Jérôme, Jacques Duchesneau, a notamment prêté main-forte au candidat du parti de François Legault, Bruno Laroche, un préfet de MRC qui a été écorché par les libéraux pour avoir omis de mentionner dans son CV qu’il a travaillé pour une entreprise ayant déjà reçu la visite de l’UPAC.

Les résultats qu’obtiendra le Parti québécois dans Saint-Jérôme pourraient être interprétés comme un test de leadership pour son nouveau chef.

ARTHABASKA

Photo courtoisie

Éric Lefebvre

La course dans Arthabaska a surtout fait jaser en raison de l’appui offert au Parti libéral du Québec par la garde rapprochée de la défunte députée Sylvie Roy, en plus de celui de sa s’ur, Nathalie Roy.

Cette dernière a notamment reproché au chef caquiste François Legault d’avoir utilisé la mémoire de sa s’ur à des fins partisanes.

Photo courtoisie

Luc Dastous

Interrogé vendredi, François Legault a dit espérer que ceux qui ont voté majoritairement pour la CAQ en 2014 Sylvie Roy en portait alors les couleurs avant de siéger comme indépendante feront encore de même.

La bataille risque fort de se jouer entre le candidat libéral, l’ex-conseiller municipal de Plessisville, Luc Dastous, et l’ex-conseiller municipal de Victoriaville, Éric Lefebvre, qui porte cette fois les couleurs de la Coalition avenir Québec.

MARIE-VICTORIN

Photo courtoisie

Catherine Fournier

Si le Parti québécois parvient à conserver Marie-Victorin, l’ex-candidate bloquiste Catherine Fournier deviendra du même coup la plus jeune députée de la 41e législature.

«On travaille très fort pour conserver Marie-Victorin avec une nouvelle jeune candidate très dynamique», a fait valoir M. Lisée.

L’élection partielle dans Marie-Victorin a été rendue nécessaire par la démission de l’ex-député devenu commentateur politique, Bernard Drainville.

VERDUN

Photo courtoisie

Isabelle Melançon

Tant Jean-François Lisée que François Legault ont dit espérer causer la surprise dans Verdun, un château fort libéral laissé vacant depuis le départ de Jacques Daoust.

Philippe Couillard mise sur la chef de cabinet de la ministre Hélène David, Isabelle Melançon, à qui le Parti québécois reproche notamment de résider à L’Assomption plutôt que d’habiter dans la circonscription.

Étiquettes :

Laisser un commentaire