Kingsman l’intelligence Firth un amusement de l’agent secret!

Kingsman  l'intelligence  Firth un amusement de l'agent secret!

Matthew Vaughn, connu pour ses X-Men : First Class est le directeur et co -sceneggiatore Le Secret Service, une sorte de parodie des histoires folles agents secrets de ‘.

Matthew Vaughn, connu pour son X-Men: première classe est le réalisateur et coscénariste de Kingsman: Services secrets, une sorte de parodie déjantée des histoires d’agents secrets. Pleins feux sur un long métrage pas comme les autres.

«Mark Millar et moi parlions de notre amour des films d’espionnage et je me suis mis à dire que je trouvais qu’ils devenaient trop sérieux. J’avais l’impression que les James Bond, les Bourne et autre Mission: impossible devenaient tous interchangeables. J’ai donc suggéré à Mark que nous fassions quelque chose de complètement différent, comme ce que nous avions fait aux super héros dans Kick-Ass, mais pour les espions. En fait, le concept était de prendre tout ce que nous aimons dans le genre, mais de le rendre plus fou», a indiqué Matthew Vaughn aux journalistes invités sur le plateau de tournage de la production l’an dernier.

C’est ainsi que la bande dessinée Kingsman est née, puis le film qui prend l’affiche le 13 février prochain. «Nous avons fait un film très moderne. Je vais le comparer avec ce qu’a fait Spielberg avec Les aventuriers de l’arche perdue. Il a pris les films de son enfance et les a rendus modernes, frais et accessibles. Je fais la même chose avec les films d’espionnage avec lesquels j’ai grandi. Nous faisons des références aux longs métrages des années 1960, mais ce sont juste des clins d »il. Nous proposons quelque chose de complètement différent», a ajouté le réalisateur.

Dès que Matthew Vaughn a commencé à se pencher sur le projet, il a passé un coup de fil à Colin Firth afin de confier à l’acteur oscarisé le rôle de l’agent secret qui initie son jeune protégé (Taron Egerton) aux ficelles du métier. «Colin m’a dit oui avant même que j’aie terminé la première phrase de mon petit discours. Je lui ai lancé l’idée et il m’a dit: «Ça a l’air génial.» Il n’a jamais la chance de tourner dans des films comme celui-ci.»

Un univers unique

Eggsy (Taron Egerton) est un jeune délinquant qui sort de prison grâce à l’intervention d’Harry (Colin Firth), ancien collègue de son père décédé. Or, Harry fait partie d’un groupe de super agents secrets appelés les Kingsmen (littéralement Les hommes du roi) et y travaille sous le nom de code Galahad. L’entraînement d’Eggsy est confié à Merlin (Mark Strong) jusqu’à ce que Valentine (Samuel L. Jackson), un méchant aussi riche que charismatique, veuille anéantir l’espèce humaine.

«Le jeu d’acteur peut être deux choses. La première, c’est que cela peut être un masque. On embarque alors totalement dans ses fantasmes et dans son personnage. Ou alors, on affronte alors ses peurs les plus profondes. Pour Kingsman, c’est le côté du fantasme qui a prédominé. Les dialogues sont excellents, je suis merveilleusement bien habillé et j’ai bénéficié de l’aide d’une équipe de cascadeurs extraordinaires. Bref, tout le monde me fait avoir l’air magnifique», a dit en riant Colin Firth.

Harry se sent aussi responsable d’Eggsy dans la mesure où, comme l’a indiqué Colin Firth, «il est coupable de la mort de son père. Il l’a regardé grandir, de loin, et il pense vraiment qu’Eggsy a tout pour devenir un excellent Kingsman.»

«Ce film est vraiment la vision de Matthew Vaughn. C’est un mélange presque paradoxal. D’un côté, il éprouve un amour quasi enfantin pour le cinéma, c’est un sentiment très pur, comme celui d’un gamin qui veut être ensorcelé par ce qu’il voit à l’écran. Et de l’autre, il est capable de faire quelque chose de très sophistiqué. C’est quelqu’un qui possède une sensibilité cinématographique qui s’adresse à un public mondial.»

Évidemment, qui dit espions dit forcément entraînement. Et, même si Colin Firth a eu droit à des cascadeurs pour les scènes les plus dangereuses, il a quand même fallu qu’il se soumette à un entraînement des plus rigoureux.

Si l’acteur demeure extrêmement modeste, Damien Walters, le coordonnateur des cascades a révélé ce qui s’était produit. «Quand Colin est venu nous voir pour la première fois, il a été très honnête. Il nous a dit qu’il ne s’était jamais battu de sa vie, sauf dans Bridget Jones. Il n’a jamais tourné dans un film d’action. Il se tient en forme, mais ce n’est pas le genre d’homme à pratiquer un sport. Quand il nous a parlé pour la première fois, il n’avait jamais appris de man’uvres de combat et nous avons commencé au début.»

«Il a vraiment été génial! On constatait les améliorations de jour en jour. Ce qui est génial de Colin, c’est que, une fois qu’il a appris la chorégraphie d’un combat, il commence à y ajouter des éléments de son personnage.»

Pour Colin Firth, l’attrait de Kingsman: Services secrets s’explique d’une manière relativement simple.

«Les films d’espionnage des années 1960 continuent de plaire. Je crois donc que le mélange de haute technologie et de choses plus classiques joue pour beaucoup dans le plaisir qu’y prend le public. En fait, quand on regarde bien, les films d’espionnage couvrent un large éventail de longs métrages. Ça va d’Austin Powers à John Le Carré!»

Et ce qu’il a préféré est le côté intergénérationnel du long métrage. «J’ai 54 ans et j’ai travaillé avec quelqu’un qui en a 25 [NDLR: Taron Egerton] ainsi qu’avec Sir Michael Caine. Même si je ne connais pas son âge, je suppose qu’il a autant d’années de plus que moi que j’en ai avec Taron. Et nous étions tous les trois assis sur les mêmes chaises en bois, en train de boire le même thé dans les mêmes tasses en plastiques, en train d’échanger des anecdotes’ et avec exactement la même description de tâches!»

Quelques parodies d’espions’

Ce ne sont pas les espions humoristiques qui manquent. Voici les plus populaires et les plus mémorables!

Austin Powers

Sans conteste le préféré de tous, Austin Powers (incarné par Mike Myers) a été le héros de trois longs métrages qui, au total et de 1997 à 2002, ont rapporté la coquette somme de 676,35 millions $.

Johnny English

Rôle tenu par Rowan Atkinson (le célèbre Mister Bean) en 2003 et en 2011, Johnny English est la parodie de James Bond poussée au maximum. En deux films, cet espion plus british que nature a engrangé quelque 320 millions $.

La panthère rose

Le célèbre inspecteur Clouseau est né dans l’imaginaire du réalisateur Blake Edwards et le rôle dans les films de la franchise été tenu par Peter Sellers de 1963 à 1978. Dans les deux longs métrages les plus récents, sortis en 2006 et 2009, c’est Steve Martin qui a prêté ses traits à cet inspecteur aussi maladroit que drôle.

Max la menace

Issu d’une série télévisée, l’agent Maxwell Smart n’est incarné au grand écran par nul autre que Steve Carell en 2008.

OSS 117: Rio ne répond plus

Jean Dujardin tient le rôle de cet agent secret français, de son vrai nom Hubert Bonisseur de La Bath dans deux longs métrages qui ont pris l’affiche en 2006 et en 2009.

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire