La Chine a publié un titre canadien

La Chine a publié un titre canadien

Un Canadien sous enquête pour six mois en Chine était la caution, mais les autorités ont confirmé « le mari de l’ espionnage de l’arrestation , a déclaré jeudi à Beijing.

AFP
05-02-2015 | 05h43

Dernière mise à jour: 05-02-2015 | 05h43

PÉKIN – Une Canadienne placée sous enquête depuis six mois en Chine a été remise en liberté provisoire sous caution, mais les autorités ont confirmé l’arrestation de son époux pour espionnage, a annoncé jeudi Pékin.

Ce couple de Canadiens, Kevin Garratt et Julia Dawn Garratt, étaient détenus au secret depuis août, et ils restent suspectés tous les deux «d’activités ayant sapé la stabilité de l’État chinois».

Cette détention, qui a suscité des condamnations internationales, a contribué à tendre les relations entre la Chine et le Canada.

Le couple Garratt tenait un café à Dandong, ville chinoise frontalière de la Corée du Nord, d’où ils faisaient parvenir de l’aide humanitaire vers le pays reclus.

Mme Garratt a mardi «bénéficié d’une remise en liberté dans l’attente du procès», a indiqué jeudi Hong Lei, un porte-parole de la diplomatie chinoise.

Son mari a lui, ce même mardi, été «écroué au motif d’espionnage et de vol de secrets d’État», a ajouté M. Hong.

En Chine, le chef d’inculpation de «vol de secrets d’État» couvre un champ à la fois vague et large, ce qui est critiqué par les défenseurs des droits.

Simeon Garratt, le fils du couple, a décrit ses parents comme «ouvertement chrétiens», en assurant qu’ils envoyaient des denrées alimentaires à des populations «paupérisées» et «oubliées» en Corée du Nord.

Aussi sur Canoe.ca

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire