La conjointe du ministre Lessard travaille grâce aux subventions

La conjointe du ministre Lessard travaille grâce aux subventions

Québec a versé des millions en subventions pour des projets sur lesquels travaillait la conjointe de Laurent Lessard, au moment où ce dernier dirigeait le ministère des Affaires municipales.

Sans les millions versés par le programme Accès logis, Johanne Binette n’aurait pas de travail, car l’entreprise qui l’embauche ne pourrait pas fonctionner. Mme Binette occupe depuis mars 2011 un poste de chargée de projets au Groupe ressources techniques Beauce-Appalaches (GRTBA), à Thetford Mines, dans la circonscription de Laurent Lessard.

Photo courtoisie

Johanne BinetteConjointe du ministre

Pendant que ce dernier était ministre aux Affaires municipales entre 2009 et 2012, cinq projets d’habitation communautaire menés par le GRTBA ont été approuvés par le ministère pour un total de 12,7 millions $. Deux d’entre eux ont même été approuvés en juillet 2012, quelques semaines avant l’élection provinciale, nous apprend le site web de l’entreprise.

Pas gâtée par « Laurent »

Ces cinq projets ont été menés à terme après l’embauche de Johanne Binette.

Depuis, l’entreprise a été beaucoup moins gâtée. Seulement trois projets ont été annoncés en quatre ans. L’un d’eux, à Saint-Ferdinand, vient d’être réduit de 24 à 16 unités.

La directrice de l’entreprise d’économie sociale, qui désigne le ministre par son prénom, prétend ne pas avoir été gâtée pendant qu’il était en poste. «Le temps que Laurent était aux affaires municipales et que Johanne était au bureau, je n’ai jamais eu d’unités pendant ce temps-là», dit Josée Durand. Pourtant, son site web indique le contraire.

Le ministre soutient avoir signalé la nature de l’emploi de sa conjointe dans la déclaration envoyée au commissaire à l’éthique.

Laurent Lessard a perdu son poste de ministre en septembre 2012 dans la foulée de la victoire du Parti québécois.

Jointe à sa résidence de Thetford Mines, Mme Binette n’a pas voulu faire de commentaires. «Adressez-vous à mon conjoint à ce moment-là. Je n’ai pas à répondre à vos questions», a-t-elle ajouté.

L’entreprise ne compte que trois employés. Josée Durand assure que Mme Binette a été embauchée pour son expertise. «Johanne, elle ne faisait pas de démarchage et même si elle en avait fait, ça ne m’aurait pas dérangé non plus», dit-elle.

Les organismes qui souhaitent construire des habitations communautaires dépendent largement des subventions de Québec. Sans ces subventions, il n’y aurait pas de travail pour le Groupe ressources techniques Beauce-Appalaches, admet Josée Durand.

Malgré tout, celle-ci jure ne pas avoir parlé des projets avec Laurent Lessard, qu’elle a croisé régulièrement. Pour ce qui est de Johanne Binette, elle ne sait pas. «Ce qui se passe chez eux, ça ne me regarde pas ça».

Apparence de conflit d’intérêts

Pour le spécialiste en éthique, Michel Séguin, l’apparence de conflits d’intérêts est assez claire. «Dans ce cas-ci, il n’y a pas nécessairement de perte liée à une mauvaise décision, mais une perte de crédibilité qui fait mal. Il y a un certain cynisme à l’égard des politiciens, c’est pourquoi j’invite le monde politique à être très prudent.»

5 subventions approuvées

Les appartements de la rive – 2,3 M$

Projet déposé en septembre 2010

Projet complété en septembre 2013

Hébergement Coleraine – 1,7 M$

Projet soutenu par la Société d’habitation du Québec en juillet 2012

Les appartements Au c’ur de vous – 2,6 M$

Projet approuvé en juillet 2012

Service résidentiel East Broughton – 2,9 M$

Projet déposé en juin 2010

Villa St-Maurice – 3,2 M$

Montant total des subventions: 12,7 M$

Le ministre éclaboussé depuis un mois

8 septembre: Le Journal révèle que l’entreprise dirigée par l’ancien conseiller politique de Laurent Lessard, Pyrobiom Énergies, a reçu 3 millions $ en subvention

10 septembre: Le commissaire à l’éthique ouvre une enquête

13 septembre: En plus d’avoir eu Yvon Nadeau comme conseiller politique, on apprend qu’il est le parrain de son fils

20 septembre: Le Parti québécois indique qu’une subvention d’un million $ a été versée au mont Adstock où Yvon Nadeau gère des chalets en bas des pistes

22 septembre: Notre Bureau d’enquête indique qu’Yvon Nadeau n’a pas versé un sou de la location des chalets à la station de ski malgré une entente notariée

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire