La députée péquiste Carole Poirier nuance ses propos

La députée péquiste Carole Poirier nuance ses propos

Après avoir accusé le gouvernement libéral de «mettre en uvre des actes de violence» à l’égard des femmes, la députée péquiste Carole Poirier a nuancé ses propos mardi.

«J’ai fait une contraction de phrase qui a donné ce résultat-là. Ce n’était pas mon intention de prétendre que le gouvernement posait des gestes de violence physique, bien au contraire», a déclaré Mme Poirier lors d’une mêlée de presse à l’Assemblée nationale.

La députée de Hochelaga-Maisonneuve maintient toutefois que les politiques d’austérité du gouvernement libéral «font mal aux femmes».

«J’ai utilisé une métaphore malheureuse, mais sur le fond des choses, le gouvernement libéral affecte les femmes du Québec», a-t-elle martelé.

Lors de l’étude des crédits budgétaires pour le volet de la condition féminine, vendredi, Carole Poirier a vertement dénoncé l’impact des mesures gouvernementales sur la santé des femmes.

«Depuis deux ans, ce gouvernement s’emploie à mettre en uvre des actes de violence et de discrimination sexiste, qui peuvent être physiques, psychologiques, verbaux, économiques, sexuels, sociaux et politiques», a-t-elle accusé.

Ses propos ont été aussitôt décriés par les députés libéraux qui assistaient à l’étude des crédits. La ministre responsable de la Condition féminine, Lise Thériault, a dénoncé par voie de communiqué la «démagogie» et la «bassesse» de la députée péquiste.

Mme Thériault devait réagir officiellement aux propos de Carole Poirier, plus tard mardi, à l’occasion d’un point de presse.

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire