La grève des ingénieurs a des impacts sur les transports hors norme

La grève des ingénieurs a des impacts sur les transports hors norme

TROIS-RIVIÈRES La grève des ingénieurs de l’État québécois commence à faire mal à des entreprises de la Mauricie.

L’atelier d’usinage Marmen de Trois-Rivières est incapable de livrer les caissons métalliques fabriqués à Trois-Rivières et destinés au nouveau pont Champlain à Montréal. C’est que les ingénieurs québécois, qui en ont la responsabilité, ne délivrent plus les permis de transport hors normes requis depuis l’intensification de leurs moyens de pression ces dernières semaines, et principalement depuis qu’ils se sont mis en grève il y a quelques jours.

Aucun transport spécial ne peut être réalisé sans permis. Quelques autres manufacturiers du Québec sont touchés.

«La seule chose que je puis dire, c’est qu’il y a des impacts réels [à ce conflit]. Il y a déjà des mises à pied qui ont été faites. Beaucoup de gens n’ont pas été embauchés. Il y a des compagnies dont la situation est beaucoup plus sérieuse que la nôtre», a commenté Patrick Pellerin, PDG de Marmen.

Les composantes attendues au pont Champlain s’entassent sur des sites d’entreposage à Trois-Rivières. Le groupe Bellemare, qui a le mandat de transporter les lourdes pièces a déjà été dans l’obligation de licencier provisoirement 50 employés.

«Ce qu’on dit, c’est que le ministère prend en otage l’ensemble de l’industrie québécoise. C’est 100 % des transporteurs et des manufacturiers qui, présentement, sont dans l’impossibilité de travailler», a indiqué Jean-Luc Bellemare.

Le syndicat des ingénieurs admet que son arrêt de travail explique ce qui se passe. «On est désolé pour les inconvénients. La dernière chose qu’on voulait était d’aller en grève. On comprend que ça cause des désagréments», a reconnu Marc-André Martin, le président de l’Association des ingénieurs du gouvernement du Québec.

Étiquettes : , , , , , , , ,

Laisser un commentaire