La nouvelle direction du site Ashley Madison fait son mea culpa

La nouvelle direction du site Ashley Madison fait son mea culpa

Les nouveaux dirigeants du site de rencontres extra-conjugales AshleyMadison veulent redorer l’image de l’entreprise qui a été piratée à l’été 2015, mais qui fait également l’objet d’une enquête de la Federal Trade Commission (FTC) des États-Unis, a rapporté Reuters mardi.

«Nous sommes profondément désolés», a indiqué le nouveau directeur général, Rob Segal, embauché en avril tout comme le nouveau président James Millership.

Les dirigeants d’Avid Life Media, compagnie mère qui possède Ashley Madison, ont mentionné à Reuters qu’ils investissaient des millions de dollars pour améliorer la sécurité et assurer la vie privée des utilisateurs.

La FTC, une commission responsable de l’application du droit en consommation aux États-Unis, tente pour sa part de faire la lumière sur des allégations en lien avec l’utilisation par l’entreprise de robots virtuels féminins, appelés «fembots», pour clavarder avec les utilisateurs masculins.

Les faux profils auraient été supprimés entre 2014 et 2015, mais certains utilisateurs basés aux États-Unis ont indiqué avoir eu des échanges avec ces «fembots» jusqu’à la fin de 2015, selon les informations de Reuters, citant un rapport d’Ernst & Young.

«Ça fait partie de notre actuel processus (…) c’est avec le FTC maintenant», a commenté M. Segal.

Rappelons qu’en juillet 2015, un groupe de pirates baptisé The Impact Team avait rendu publics quelque 30 gigaoctets de fichiers contenant des informations privées de millions d’utilisateurs du site. Des noms, courriels, adresses et même des préférences sexuelles de certains clients avaient été publiés.

Cette fuite a provoqué l’indignation des utilisateurs, le renvoi du patron d’Avid et même des suicides.

M. Segal a dit que l’entreprise était vraiment désolée «pour les gens dont la vie et les relations ont pu être affectées par le vol d’informations personnelles», a cité l’AFP.

La nouvelle direction veut désormais repositionner son service de rencontres. Déjà, le site qui compte plus de 46 millions de membres a abandonné son slogan «La vie est courte, prenez un amant» et se décrit plutôt comme «beaucoup plus qu’un site de rencontres adultères», selon les informations de l’AFP.

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire