La réforme Barrette critiquée par la Protectrice du citoyen

La réforme Barrette critiquée par la Protectrice du citoyen

QUÉBEC – La réforme Barrette n’a pas permis pour l’instant d’améliorer les problèmes d’accès et a même nivelé les services par le bas, rapporte la Protectrice du citoyen.

Raymonde Saint-Germain remarque que la centralisation des services ordonnée par le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, lorsqu’il a adopté une loi sous bâillon «avait eu tendance à implanter à l’ensemble du territoire la moins généreuse des offres».

Lorsque Mme St-Germain a pris part aux consultations particulières sur le projet de loi 10, elle avait «mis en garde le ministère de la Santé contre le risque d’un nivellement vers le bas de l’offre de services».

«Malheureusement, par la suite des enquêtes réalisées cette année, la Protectrice constate que ce risque n’a pas été bien géré», écrit-elle.

Elle estime que ce sont «tout particulièrement» les «personnes présentant une déficience physique, intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme» qui en paient le prix.

«Concrètement, la majorité des établissements privilégient désormais une interprétation restrictive des normes d’admission réduisant ainsi l’accès à un plus grand nombre d’usagers», dit-elle.

«Bien qu’il soit prématuré d’évaluer l’incidence d’aussi vastes changements, la Protectrice du citoyen peut d’ores et déjà relever que le problème d’accès aux services, qu’il a fréquemment dénoncé dans ses derniers rapports annuels, demeure bien présent», écrit-elle dans son rapport annuel déposé jeudi à l’Assemblée nationale.

Elle note d’ailleurs que le phénomène des délais d’attente déraisonnables s’est accru.

Seulement 66 % des citoyens étaient inscrits auprès d’un médecin de famille;
La province de Québec est dernière parmi toutes les provinces canadiennes en matière d’accès à un médecin de famille;
Au Québec, seuls 13 % des médecins de famille offrent, en cas de besoin, une consultation à leurs patients le jour même ou le lendemain. Il est de 37 % en Ontario, 54 % en Suisse et 67 % en Allemagne;
Bien que 71 % des personnes de 55 ans et plus déclarent souffrir d’une maladie chronique, seulement 38 % d’entre elles bénéficient d’un plan de soins et 18 % sont jointes entre les visites médicales pour une vérification de leur état de santé. Pour cet indice aussi, le Québec est en fin de liste parmi les provinces canadiennes et les pays industrialisés.
Près de 40 000 personnes âgées de 65 ans et plus demeuraient en attente de services à domicile.

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire