La victime irritée par la réaction de la direction du SPVM

La victime irritée par la réaction de la direction du SPVM

L’homme battu dans l’arrondissement de Montréal-Nord le 4 mai dernier, parce qu’on l’aurait confondu avec un policier du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) est choqué par une lettre d’un haut gradé de la police qui remet, selon lui, en question sa version des faits.

TVA Nouvelles a mis la main sur la lettre en question envoyée aux agents ainsi qu’à la Fraternité des policiers quelque temps après l’agression par Didier Deramond, le directeur adjoint du SPVM et directeur des opérations.

La victime qui préfère garder l’anonymat pour des raisons de sécurité est irritée et choquée par la lettre, estimant qu’elle vient remettre en question son témoignage.

Elle est aussi vexée qu’on ne semble pas prendre au sérieux sa version des faits et la potentielle menace à l’égard des agents qui patrouillent dans les secteurs chauds de Montréal-Nord.

«Nous souhaitons rétablir les faits entourant une agression survenue mercredi soir afin de rassurer les policiers du terrain et leur permettre d’en savoir plus sur le fond de cette histoire rapportée par les médias.

Vers 22h15 mercredi dernier, un homme qui circulait aux alentours d’un dépanneur de la rue Pascal a accosté un individu intoxiqué.

Cet individu trouva cela louche et lui demanda: «es- tu une police, toi ». Les deux hommes se sont chamaillés, mais la victime a rapidement eu le dessus sur l’homme intoxiqué.

Quelques minutes plus tard, le suspect revient sur les lieux avec plusieurs amis afin de tabasser la victime avant de s’enfuir. Cette dernière a été transportée à l’hôpital où elle a été traitée pour de multiples contusions.

L’enquête a été prise en charge par le personnel des Enquêtes de nuit et par la Section des enquêtes Est et EMCJ.

Celle-ci a été effectuée avec rigueur et professionnalisme par ces équipes, ce qui nous a permis de procéder à l’arrestation de trois suspects cet après-midi.

L’enquête nous a également permis de déterminer qu’il n’y avait aucun policier ciblé par cette attaque.

De plus, l’interrogatoire des suspects nous confirme que ces actes ne visaient pas un policier. L’agresseur principal a avoué qu’il savait que la victime n’était pas un policier, mais qu’il avait plutôt lancé des paroles en l’air.

J’ai informé la Fraternité des policiers de la situation et je tenais à vous en informer rapidement.

En terminant, je tiens à souligner le travail effectué par les policiers du poste de quartier 39 ainsi que par les enquêteurs et les équipes spécialisées qui ont réussi à résoudre très rapidement cette affaire en permettant d’arrêter les suspects.

Comme le Directeur et moi-même l’avons mentionné à maintes reprises, nous n’accepterons jamais que la sécurité de nos policiers soit compromise.

Continuez votre excellent travail et surtout, soyez prudents.

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire