Labeaume veut mettre fin au travail en silo dans les arrondissements

Labeaume veut mettre fin au travail en silo dans les arrondissements

Pour économiser des millions de dollars, la Ville de Québec veut complètement revoir le rôle des arrondissements en leur confiant des «spécialités».

S’il n’en tient qu’au maire de Québec, c’en est fini du travail en silo «improductif et coûteux» à la Ville. Il persiste des dédoublements à Québec et cela peut faire en sorte qu’une rue, à cheval sur deux arrondissements, soit déneigée d’un seul côté, a-t-il illustré.

Grâce aux nouveaux pouvoirs qu’est en voie de lui accorder le projet de loi sur la capitale nationale, Régis Labeaume veut rebrasser les cartes et miser sur les forces de chacun des arrondissements en leur confiant chacun une tâche précise.

La Ville confierait l’enlèvement de la neige pour l’ensemble du territoire à l’arrondissement Sainte-Foy’Sillery’Cap-Rouge, qui excelle dans le domaine. La collecte des déchets serait confiée à La Haute-Saint-Charles, la réparation majeure d’aqueduc et d’égout à Les Rivières et le soutien des activités sur la voie publique à La Cité’Limoilou.

Des « champions »

«On veut faire éclater les silos. (…) On ne vide pas les arrondissements. On augmente leur tâche et on en fait des champions», a lancé le maire, en réponse aux critiques du chef de l’opposition, Paul Shoiry, qui craint que les arrondissements puissent perdre des pouvoirs.

Le maire a fait valoir ses arguments lundi devant la commission parlementaire chargée d’étudier le projet de loi 109 qui accorde un statut de capitale nationale à la Ville de Québec.

Cette nouvelle façon de gérer permettra de faire des économies qui se chiffrent en millions de dollars, a fait valoir M. Labeaume, sans préciser combien. Les chiffres réels viendront une fois la loi adoptée et la nouvelle structure mise en place.

Le maire assure que cela n’entraînera pas de pertes d’emploi. Les employés resteront sur leur lieu de travail actuel.

Le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, trouve normal que la capitale soit autorisée à modifier l’organisation des arrondissements. «Ça existe à Montréal, Sherbrooke, Gatineau, Saguenay. C’est une régularisation des choses.» Puisque toute modification nécessite l’approbation des deux tiers des membres du conseil municipal, M. Coiteux considère que la démocratie est respectée.

Autres éléments clés du projet de loi 109
Pouvoir de taxation supplémentaire pour inciter les propriétaires de «stationnements aériens» à développer leur terrain.
Reconnaissance de Québec comme «lieu privilégié et prioritaire pour la tenue de rencontres importantes».
Création du Fonds de la capitale nationale et de sa région, une enveloppe de 25 M$ qui touche aussi Portneuf et Charlevoix.
Liberté accordée à la Ville pour déterminer les limites de vitesse dans ses rues.
L’abolition des référendums est reportée à plus tard.

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire