Lancer de 123 sapins pour sauver la planète

Lancer de 123 sapins pour sauver la planète

Pas moins de 123 curieux ont bien ri hier Montréal en participant pour la bonne cause à un concours de lancer de sapin, une première en Amérique du Nord.

«Voulez-vous lancer un sapin pour sauver la planète’» demande aux passants l’hôtesse d’accueil du tournoi.

La question étonne, mais résume bien le concept. Hier sur la place Jacques-Cartier, chaque lanceur a pu propulser un sapin le plus loin possible contre un don. Les 757 $ récoltés seront versés au programme 375 000 arbres du Jour de la Terre Québec, qui a pour objectif de planter 375 000 arbres dans la région de Montréal d’ici son 375e anniversaire.

«Vous lancez un arbre ici, vous en plantez un ailleurs», a souligné Philippe Pelletier, cofondateur de la société Sapin MTL, à l’origine de cette compétition organisée en plein festival Igloofest.

Philippe Pelletier, dont la société livre et ramasse des sapins dans la région de Montréal, s’est demandé comment donner une deuxième vie à ces conifères. Il a fini par découvrir cette «vieille et obscure tradition allemande» qui consiste à lancer un sapin de six pieds et 22 livres pour les hommes, quatre pieds et 16 livres pour les femmes.

C’est très sérieux. Le record est détenu par un Anglais, qui a propulsé l’arbre de Noël à plus de 12 mètres.

Malgré la pente de la place Jacques-Cartier, l’exploit britannique n’a pas été battu hier dans le Vieux-Montréal. Le vainqueur du jour, Marc-André Bourret, a lancé son sapin à 9,60 mètres, ce qui lui a tout de même valu un trophée très convoité, le fameux Sapin d’Or.

L’ambiance était plutôt festive devant un sport qu’on imagine mal aux prochains Jeux olympiques.

Les participants ont pourtant testé de nombreuses techniques pour marquer à tout jamais l’histoire du sport: lancer par-dessus l’épaule comme au lancer du javelot, par en dessous, le tronc en avant, en arrière… Rien n’y a fait.

«Avec le gros sapin, je m’y suis mal pris», a admis le candidat Philippe Hilario, 36 ans. Ce résident de Sainte-Sophie était heureux de jeter un arbre à 9,10 mètres, avant de réaliser qu’il s’agissait du modèle pour femmes. La version pour hommes a atterri trois fois moins loin.

Mais M. Hilario a assuré au Journal qu’il s’entraînera fort pour pulvériser le record anglais l’an prochain.

«On va se pratiquer chez nous. Des sapins là-bas, à Sainte-Sophie, il y en a plein!» a souri sa conjointe et véritable assistante Maggie Bernier-Mercier.

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire