L’assurance-emploi le Canada ne sera probablement pas assez de temps

L'assurance-emploi  le Canada ne sera probablement pas assez de temps

Les Forces canadiennes (FC) devraient commencer à bombarder les troupes du groupe armé État islamique (AE ) au début de Novembre.

Agence QMI
17-10-2014 | 22h17

Dernière mise à jour: 17-10-2014 | 22h23

OTTAWA – Les militaires des Forces canadiennes (FC) devraient commencer à bombarder les troupes du groupe armé État islamique (EI) au début de novembre. Leur mission de six mois n’est toutefois pas assez longue pour atteindre les objectifs fixés, selon le chef d’état-major des FC, Tom Lawson.

«C’est un peu fort de s’attendre à ce que toutes les mesures de succès soient comblées dans six mois», a dit le général Lawson, vendredi. Il a expliqué que le Parlement avait approuvé deux objectifs militaires à atteindre avec les frappes canadiennes: arrêter l’avancée des jihadistes et détruire leurs armes.

Jeudi, 120 militaires canadiens sont partis pour le Moyen-Orient, à partir de la base militaire de Trenton, en Ontario. Au total, 600 membres des Forces canadiennes doivent prendre part à ce qu’on appelle l’opération Impact.

Les Canadiens effectueront des opérations aériennes au-dessus des troupes de l’EI qui sont concentrées dans les territoires de l’est de la Syrie et du nord-ouest de l’Irak, et qui avancent vers Bagdad.

«Ces frappes aériennes vont forcer l’EI à changer ses tactiques et à rebrousser chemin», a dit le général Lawson. Les opérations devraient commencer au début de novembre.

Selon les Forces canadiennes, les jihadistes de l’EI possèdent un grand éventail d’équipements militaires comme des chars d’assaut, des mitraillettes, et des missiles à portée limitée, mais ne constitueraient pas une réelle menace pour les soldats canadiens.

Une décision des conservateurs

Les conservateurs ont décidé d’envoyer des militaires canadiens, bien qu’aucun parti de l’opposition n’ait appuyé cette initiative. «Il faut diminuer la capacité d’agir de ce groupe-là, terroriste, fanatique, extrémiste», a dit le ministre du Développement international, Christian Paradis.

Le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, a affirmé que le Canada devait faire partie de la coalition internationale qui s’oppose à l’EI, mais pas forcément en effectuant des frappes aériennes.

«M. Harper n’a pas su justifier comment les frappes aériennes constituaient la meilleure façon pour le Canada d’aider à arrêter l’État islamique», a-t-il dit.

L’ancien premier ministre libéral Jean Chrétien a d’ailleurs manifesté son appui à Justin Trudeau. Dans une lettre publiée vendredi, il soutient que l’aide humanitaire devrait passer avant le combat. Il fait aussi un parallèle avec la guerre de 2003, disant que le premier ministre actuel, Stephen Harper, n’a pas su en tirer de leçon.

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire