Laval incapable de tondre le gazon

Laval incapable de tondre le gazon

En plein c’ur de l’été, la Ville de Laval a été incapable de faire tondre le gazon sur plus d’une vingtaine de terrains de soccer pendant presque deux mois, en raison d’une bête affaire de contrat.

Après avoir résilié son contrat de tonte de gazon avec la firme Paysagement D.J. le 1er juin, la Ville n’a pas fait couper l’herbe pendant plus de six semaines.

Rencontré jeudi au parc des Trembles, Gianluca Piccirillo, 14 ans, était découragé.

«Ici, c’est notre deuxième maison. Et là, on ne peut plus jouer. Pensez-vous que la Ville va nous chicaner si on vient avec notre tondeuse’ On veut faire quelque chose», rageait-il.

Après un appel du Journal, la Ville a finalement envoyé une équipe pour entretenir le terrain.

Contrat en catastrophe

Initialement, le contrat avec la firme Paysagement D.J. a été rompu parce que «l’entrepreneur n’était pas en mesure de fournir le cautionnement demandé et n’avait pas l’équipement requis», a indiqué la porte-parole de la Ville de Laval, Valérie Sauvé.

Finalement, un contrat a été donné en catastrophe cette semaine pour l’entretien de la vingtaine de terrains qui avaient été négligés depuis le début du mois de juin.

Une autre firme serait sur le point d’être engagée. Son contrat ne devait être approuvé qu’au conseil municipal du 9 août prochain.

Devant la grogne, il sera finalement adopté mardi en conseil spécial.

Trop dangereux

Cette semaine, avant qu’elle ne soit coupée, l’herbe était si longue sur certains terrains de soccer qu’il était tout simplement impossible pour les jeunes joueurs de pratiquer leur sport.

Photo Le Journal de Montréal, Ben Pelosse

«C’était juste trop difficile de jouer là-dessus. On peut trébucher», avaient indiqué au Journal Gianluca Piccirillo et ses amis.

Le père de Gianluca, entraîneur du club, refusait même depuis la semaine dernière que les 19 adolescents de l’équipe y pratiquent, car il jugeait l’endroit trop dangereux.

Laissés dans l’ignorance

À l’Association régionale de soccer de Laval, on ne savait trop comment réagir face à cette situation.

«On espère que ça va s’arranger rapidement. C’est entre les mains de la Ville. À un moment donné, il va falloir couper le gazon», a dit le directeur général, Jean-Philippe Mayrand.

Une vingtaine de parcs n’ont pas été entretenus depuis le début du mois de juin, dans trois secteurs de Laval.

Duvernay, Saint-François, Saint-Vincent-de-Paul

Parc-école Leblanc
Parc Masson
Parc du Moulin
Parc des Trembles
Parc des Tilleuls
Parc Rivard
Parc Val-des-Arbres
Collège Laval (terrain extérieur non-synthétique)

Pont-Viau, Laval-des-Rapides

Parc Chopin
Parc Curé-Coursol
Parc-école du Centre de formation Compétences 2000

(7 terrains de soccer ne seront tondus que pour les tournois)

Parc d’Argenson
Parc René-Patenaude
Parc Saint-Claude
Parc de Cluny
Parc Marcel-Maheu
Parc Gauthier
Parc Bon-pasteur

Vimont, Auteuil

Parc de Lausanne
Parc Dumas
Parc Louis-Durocher
Parc-école Horizon-Jeunesse
École l’Odyssée-des-Jeunes
Parc Sainte-Marie

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire