Le chef de Québec 21 satisfait de sa gestion de crise

Le chef de Québec 21 satisfait de sa  gestion de crise

Quelques jours après le départ du fondateur de Québec 21 Frédérick Têtu, dans la controverse, le chef Jean-François Gosselin se dit satisfait de la façon dont il a géré la tempête et croit même qu’il en sortira plus fort.

Même s’il convient que la semaine a été difficile pour lui comme pour son parti, M. Gosselin ne croit pas qu’elle laissera des marques dans l’esprit de l’électorat.

«Non, au contraire. Tout le monde est unanime, on a très bien géré la crise. […] Je suis allé au batte’, même si ça n’allait pas bien, et j’ai expliqué en toute transparence ce qui s’était passé», se ­défend-il en entrevue téléphonique.

Il croit la version de Têtu

Jean-François Gosselin continue de croire la version de son ancien candidat, à savoir qu’il se trouvait dans un état de fatigue extrême et non en état d’ébriété. Il affirme avoir parlé à M. Têtu avant et après l’entrevue qui lui a été fatidique dans une radio privée de Québec, mercredi, et avoir conversé avec un homme certes exténué, mais plus posé que lors de son passage en ondes.

«Quand j’ai entendu ça [son entrevue radiophonique], je n’avais pas l’impression d’entendre le même gars avec qui j’avais parlé à 20 h puis à 22 h 30», dit-il, adhé­rant toujours à la thèse du candidat qui «a voulu en mettre plus que le client en demandait».

Jean-François Gosselin espère même tirer profit de cette tempête. «Si j’ai été capable d’accepter la démission d’un ami, du fondateur du parti, imaginez ce que ce sera quand il faudra faire du ménage dans la direction générale» de la Ville de Québec, dit-il.

Il pourrait revenir

Dans une publication sur sa page Facebook, samedi, Frédérick Têtu a émis le souhait de se retirer de l’espace public pour la période estivale. «J’ai décidé de rompre tous mes liens, formels et informels, avec le parti», a-t-il écrit.

Jean-François Gosselin n’exclut cependant pas un éventuel retour du fondateur de son parti. «S’il veut revenir nous donner un coup de main et s’il en a la force […] je ne ferme la porte à rien», mentionne-t-il, à l’exception d’une candidature pour le poste de conseiller municipal.

L’homme politique espère reprendre le contrôle de l’agenda médiatique, cette semaine, en dressant un bilan des deux derniers mois et en misant sur la qualité de ses candidats.

Étiquettes : , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *