Le crépuscule de la vérité

Le crépuscule de la vérité

Comment mener des débats rationnels dans des sociétés où la frontière entre le vrai et le faux est plus floue que jamais’

C’est la question que je posais mardi. Laissez-moi préciser ma pensée.

Pendant des siècles, on a pensé que la montée de l’éducation ferait progressivement reculer les fausses croyances et la crédulité.

Dimanche, un homme armé d’un fusil est entré dans une pizzeria à Washington, D.C.

Sur internet, il avait lu que cette pizzeria servait de façade à un réseau de prostitution infantile dirigé par Hillary Clinton.

Relayée par des millions de personnes, cette absurdité était devenue virale. Elle avait même été reprise par le lieutenant-général à la retraite Michael Flynn, nouveau conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump.

Trump lui-même fut le candidat le plus souvent pris en flagrant délit de dire des faussetés de toute l’histoire moderne américaine, mais cela n’y changeait rien.

Les sites de fausses nouvelles fleurissent, mais des tas de gens croient qu’elles sont vraies.

Les théories conspirationnistes «flyées» circulent comme jamais.

Beaucoup de gens croient que les statistiques officielles, qui ne sont pas exemptes d’erreurs évidemment, sont fabriquées de A à Z.

La «vérité», les «faits» sont ce que chacun décide qu’ils sont. L’émotion prime de plus en plus sur la raison.

Bref, nous allons dans le sens inverse de ce qui était annoncé jadis. Comment cela se peut-il’

La multiplication des plateformes fait que tout circule sans que le filtrage de la vérification fasse son travail.

L’analphabétisme est si répandu que des gens n’ont pas les compétences de base pour s’informer correctement et avalent n’importe quoi.

Même chez les gens éduqués, leur cynisme les amène à croire que rien ou presque de ce que disent les institutions n’est vrai.

Beaucoup de gens prennent leurs «informations» dans des sites qui partagent leurs orientations ou auprès de proches qui pensent comme eux, ce qui renforce leurs certitudes.

Quand un message ne cadre pas avec leur vision, ils tirent sur le messager.

Pensons aux conséquences de tout cela.

Imaginons un affrontement entre un politicien qui respecte les faits et un autre qui réarrange la réalité selon ce que veut entendre un public qui avale n’importe quoi.

Le second aura l’avantage puisque le portrait retouché sera toujours plus séduisant que la réalité démaquillée.

Ensuite, vous aurez beau nier la réalité, elle reviendra d’autant plus brutalement qu’elle aura été ignorée pendant longtemps.

Et comme citoyen, comment voulez-vous prendre des décisions éclairées si vous vous basez sur des faussetés’

Enfin, on est dans une dynamique de surenchère.

Dans ce grand bazar cacophonique du n’importe quoi, il faudra être de plus en plus excessif pour se démarquer.

La nostalgie ne sert à rien. On ne reviendra pas en arrière.

Il n’y a rien d’autre à faire que persister à lutter du côté de la raison et de la rigueur en acceptant que ce combat sera chaque jour plus difficile.

Laisser un commentaire