Le favori retrouve la finale

Le favori retrouve la finale

MONTRÉAL – Face à la surprise de la semaine, le Français Jérémy Chardy, le Serbe Novak Djokovic n’a pas tremblé et atteint la finale de la Coupe Rogers pour la quatrième fois de sa carrière, samedi.

Le numéro 1 mondial a pris la mesure de son adversaire 6-4 et 6-4 dans le premier match de la journée. Pour le «Djoker», il s’agit d’un 30e gain consécutif dans un tournoi de la série «Masters».

Ce revers signifie la fin du beau parcours de Chardy, 49e au monde, qui atteignait une première demi-finale dans un Masters. Il faut dire que le représentant des Bleus avait sans doute été hypothéqué par son quart de finale face à l’Américain John Isner la veille, une bataille au cours de laquelle il a sauvé pas moins de sept balles de match.

Mais Djokovic aussi avait trimé dur vendredi. Contre le Letton Ernests Gulbis, le favori avait fait face à l’élimination à deux reprises. Rien n’a toutefois paru sur le court samedi, Djokovic réalisant d’entrée le seul bris du «set» initial.

«Chardy est un peu plus prévisible [que Gulbis], a-t-il comparé en conférence d’après-match. Je savais à quoi m’attendre, donc je me sentais un peu plus à l’aise sur le terrain.»

Il faut dire que Djokovic connaissait bien son adversaire du jour. Les deux hommes s’affontaient pour la 10e fois et chacun de ces matchs a été remporté par le Serbe.Malgré quelques échanges chaudement disputés à la deuxième manche, Chardy n’a pas réussi à soutirer le service de son rival et a de nouveau concédé l’unique bris, et le match, du même coup.

«Quand vous avez une bonne fiche face au joueur que vous affrontez, ça vous donne un certain avantage mental, a pointé Djokovic. En vous présentant sur le terrain, vous avez l’impression d’avoir un certain avantage. C’est comme ça que je me sentais.»

Deux fois le physio

Deux fois pendant le match, le thérapeute s’est présenté sur le terrain afin de soigner le bras endolori du Serbe, qui ressent des douleurs au coude depuis un certain temps.

«Ça vient et ça part depuis le début de la semaine, a-t-il expliqué. Ça me dérange un peu plus qu’à l’habitude, mais je joue [avec cette blessure] et je reçois certains traitements qui m’aident.»

Beaucoup de temps sur le terrain

Et Djokovic a joué beaucoup au cours de la semaine. Fait rare, il était aussi en action en double avec son compatriote Janko Tipsarevic. Les deux hommes se sont inclinés en demi-finale samedi, ce qui signifie que le numéro 1 a fait quelques heures supplémentaires sur le terrain.

«J’aime jouer le double, a mentionné le « Djoker ». Malheureusement, nous avons perdu, mais j’ai eu beaucoup de plaisir à partager le terrain avec Janko. Ç’a aussi aidé mon jeu en simple.

«Je me sentais bien sur le terrain [samedi]. Je savais que je me retrouverais dans une situation particulière en décidant de jouer en double, mais j’ai eu une longue pause après Wimbledon. Donc, je m’étais reposé et préparé pour la saison sur le dur.»

Aussi sur Canoe.ca

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire