Le Fondaction CSN se lance dans la réduction des gaz à effet de serre avec un investissement de 20 millions

Le Fondaction CSN se lance dans la réduction des gaz à effet de serre avec un investissement de 20 millions

Le Fondaction CSN lance un programme de financement doté d’une somme de 20 millions $ destiné à soutenir des projets de réduction des gaz à effet de serre.

Le «Fonds Carbone» consistera à offrir une somme pouvant varier entre 500 000 $ et 2 millions $ à des petites entreprises désireuses de réduire leurs émissions de GES. Grâce au système de plafonnement des émissions de GES, les projets de réduction de gaz à effet de serre génèrent des crédits carbones qui peuvent être vendus à des entreprises qui ne parviennent pas à réduire leur pollution.

Un crédit carbone, c’est l’équivalent d’une tonne de GES soustraite à la pollution atmosphérique. Un crédit carbone vaut aujourd’hui 17,29 $, sur le marché Québec-Californie, suivant la dernière vente aux enchères survenue le 15 novembre.

Les crédits carbone compensatoires qui seront générés par les projets financés par Fondaction CSN seront achetés, à rabais, par la Coop Carbone, cogestionnaire du Fonds et Fondaction CSN. La Coop Carbone souhaite pouvoir revendre ces crédits compensatoires avec profit.

Les entreprises bénéficiaires recevront l’argent en signant un «contrat carbone», sans que la somme reçue ne soit inscrite à leur bilan. Il ne s’agira pas d’une dette, ont expliqué les dirigeants du Fonds Carbone.

«Il nous rembourse le capital sur cette base-là et on s’engage aussi à acheter les flux futurs de crédits compensatoires, à escompte sur le marché, ce qui améliore les perspectives financières du projet», a expliqué Stéphane Morency, directeur de portefeuille au Fondaction CSN. Le Fonds prévoit le financement de 15 à 20 projets.

Fondaction CSN a lancé son initiative en marge de la 22e Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP22), qui se tient à Marrakech au Maroc. Le premier ministre Philippe Couillard a salué l’initiative. «Voilà un exemple d’innovation qui peut faire école. Ça répond à un enjeu de la lutte aux changements climatiques (…) comment mobiliser le capital privé. Il ne participera pas s’il n’y a pas de profit. Ce qui est possible à 20 millions $ pourra un jour l’être à 100 millions $», a souhaité M. Couillard.

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *