Le gouvernement Couillard ouvert à protéger les sièges sociaux

Le gouvernement Couillard ouvert à protéger les sièges sociaux

Après s’être montré réticent, le gouvernement Couillard se montre disposé à protéger les sièges sociaux au Québec.

«Est-ce qu’il est possible qu’on soit capables, avec Investissement Québec, d’acheter des blocs d’actions qui permettent de garder le leadership québécois, c’est quelque chose qu’on peut envisager», a délaré la ministre de l’Économie, Dominique Anglade, à l’occasion d’une mêlée de presse.

Mme Anglade réagissait aux informations qui ont circulé à l’effet que l’actionnaire de contrôle de la chaîne Couche-Tard, Alain Bouchard, craint de perdre le contrôle de l’entreprise d’ici cinq ans. La solution serait de constituer un bloc d’actionnaires détenant 66% des actions à votes multiples d’ici 2021.

Le chef de la CAQ François Legault craint de voir un autre siège social d’entreprise québécoise passer dans des mains étrangères. «C’est un autre siège social qui devient vulnérable. Couche-Tard est à peu près l’entreprise canadienne qui offre le meilleur rendement pour ses actionnaires (…) On a perdu Alcan, Provigo, le Cirque du Soleil, Rona (…) Je suis inquiet de perdre SNC-Lavallin, Metro, la Banque nationale», a énuméré le chef de la CAQ.

Le Québec dispose d’un certain nombre d’outils pour agir, a précisé Dominique Anglade. «Il y a Investissement Québec, le Fonds de la FTQ, on a des outils comme la Caisse de dépôt qui est indépendante (du pouvoir politique).»

Il n’est pas question de puiser les milliards nécessaires dans le Fonds des générations, comme le suggère le chef de la CAQ, François Legault, a précisé la ministre. «Le fonds des générations est là pour la réduction de la dette, il faut faire bien attention», a prévenu Mme Anglade.

Protéger les sociaux québécois nécessitera l’injection de plusieurs milliards, reconnaît François Legault. «Je pense qu’il y a plus de 10 milliards $ dans le Fonds des générations. Ce n’est pas gênant d’investir dans ces entreprises-là, on ne parle pas de canards boiteux», a plaidé M. Legault.

Le ministre des Finances Carlos Leitao rejette luis aussi la suggestion du chef de la CAQ. «Est-ce à l’État d’investir massivement dans des entreprises québécoises’ Nous ne sommes pas dans un régime soviétique», a plaidé M. Leitao. Il suggère qu’Investissement Québec constitue des blocs d’actionnaires locaux intéressés à augmenter leur participation dans des entreprises québécoises.

Le Fonds des générations est effectivement un endroit où le gouvernement se verse de l’argent à lui-même, pour compenser la dette de l’État. «L’argent qui est dans le Fonds des générations, ne pensez pas qu’il dort à ne rien faire. C’est placé dans des actions de compagnies. Pourquoi ne pas le placer dans des compagnies québécoises qui performent bien», demande François Legault.

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire