Le gouvernement Trudeau promet un débat ouvert sur le Partenariat transpacifique

Le gouvernement Trudeau promet un débat ouvert sur le Partenariat transpacifique

La ministre du Commerce international s’est engagée lundi à tenir un débat ouvert sur le Partenariat transpacifique, ce vaste projet de commerce international destiné à ouvrir les portes d’un gigantesque marché économique, même si le Canada va signer l’entente la semaine prochaine.

Ce partenariat, dont les termes soulèvent d’importantes inquiétudes notamment au chapitre de la gestion de l’offre, a été négocié en pleine campagne électorale par le gouvernement de Stephen Harper.

La semaine prochaine, les 12 pays concernés se réuniront pour apposer leur signature sur le document qui confirmera qu’ils font bel et bien partie de ce Partenariat transpacifique. La ministre Chrystia Freeland sera sur place, même si elle promet d’étudier le projet d’entente.

Dans une lettre ouverte, elle a affirmé qu’à son avis «il est trop tôt pour entériner le PTP, il est également trop tôt pour lui fermer la porte». Elle ajoute également que «signer ne signifie pas ratifier», résumant cette étape à une procédure qui permettra au Parlement de débattre sur le fond.

La ministre Freeland a aussi indiqué avoir écrit aux leaders du gouvernement et de l’opposition à Ottawa qu’elle croyait «en la pertinence d’un examen transparent et rigoureux» de cet accord et que ce «débat sera entièrement public».

«Seul un vote majoritaire de notre Parlement peut entraîner l’entrée en vigueur de l’entente. La signature n’est qu’une formalité dans le processus: c’est le moyen de soumettre le texte du PTP», a-t-elle ajouté dans sa lettre.

Elle a aussi précisé avoir amorcé des consultations et réalisé que plusieurs Canadiens estiment que «le PTP représente de belles opportunités, mais qu’il est aussi source d’inquiétudes pour d’autres».

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *