Le menu Barrette toujours sur la sellette

Le menu Barrette toujours sur la sellette

Le nouveau menu pour aînés de Gaétan Barrette est critiqué de toutes parts, notamment par son ancienne collègue ministre Marguerite Blais.

Le ministre de la Santé a dû défendre mardi ses nouveaux repas, alors que Le Journal révélait des critiques depuis la mise en service du projet pilote qui coûtera 3,5 millions $, uniquement pour la région de Québec.

Gaétan Barrette a qualifié de «campagne de dénigrement syndicale» les informations obtenues par Le Journal, ajoutant au surplus que ces changements se feront à coûts quasi nuls.

Mais son plan a été remis en question par une de ses anciennes collègues et députée libérale. Marguerite Blais s’est s’indignée contre l’uniformisation des menus pour toutes les clientèles des CIUSSS, les aînés comme les employés.

«On ne peut pas proposer la même offre alimentaire aux personnes en CHSLD, dont 90 % sont des personnes aînées et vulnérables, et aux jeunes ayant des problèmes de santé mentale. Cela ne tient pas la route. Il faut ajuster les menus et proposer des menus différents pour les deux groupes», a soutenu l’ancienne ministre libérale responsable des aînés.

«On ne peut pas faire de miracle avec 2,17 $ par repas», a-t-elle ajouté.

Postes abolis

Le ministre de la Santé a assuré qu’il s’agit d’un menu «qu’on peut servir à tout le monde». «C’est un menu qui est fait par des diététiciennes, qui est bien préparé et qui est bon, a-t-il dit en entrevue au Journal. Il y a 103 jeunes qui ont demandé qu’on leur en donne plus et on leur en donne plus.»

Selon des documents obtenus par Le Journal, plusieurs postes seraient également sur le point d’être abolis dans le cadre de cette réforme. Le ministre dément et affirme que des gens ont plutôt «été réaffectés».

Opposition furieuse

De leur côté, les partis d’opposition ont tiré à boulets rouges sur le nouveau plan du ministre.

«Je n’en reviens pas! On avait vu l’écran de fumée du ministre lorsqu’il a fait son gros spectacle. Il parlait des CHSLD. Mais là, peu importe l’âge et la condition, ils vont manger la même chose. Honnêtement, je trouve ça problématique», a pesté le député du Parti québécois Dave Turcotte.

De son côté, la CAQ continue de plaider en faveur d’un budget doublé afin d’assurer des repas de qualité.

«Lorsqu’on voit les investissements, puis les repas qui sont servis en prison, je pense que c’est questionnable. Le gouvernement devrait mieux traiter nos aînés», a indiqué Simon Jolin-Barrette, le porte-parole de la CAQ en matière de justice.

Étiquettes :

Laisser un commentaire