Le ministère de la Culture s’en mêle

Le ministère de la Culture s'en mêle

Le ministère de la Culture du Québec envisage d’ajouter le fort Numéro-Trois de Lévis à la liste des «biens classés» du Registre du patrimoine culturel pour le sauver d’une démolition imminente.

Des émissaires du ministère ont même visité les lieux la semaine dernière, a-t-on confirmé au Journal vendredi.

«Le ministère est sur le dossier. Il y a encore eu des discussions au cours de l’après-midi [vendredi] avec la Ville et le cabinet du maire», a fait savoir Philip Proulx, l’attaché de presse de la ministre Hélène David.

«Nos experts en patrimoine sont en train d’analyser la situation. Plusieurs critères sont analysés, dont la valeur nationale ou non du site», a-t-il précisé.

Malgré l’intervention in extremis du gouvernement du Québec, le maire Gilles Lehouillier a confirmé vendredi qu’il maintient son plan de match. La décision de la Ville de délivrer ou non un permis de démolition à un promoteur immobilier sera annoncée lundi comme prévu lors de la séance du conseil municipal. En attendant, il se refuse à tout commentaire.

Bien qu’il soit minuit moins une, le ministère assure qu’il a «toujours les coudées franches» pour intervenir s’il choisit de le faire.

«Peu importe la décision de la Ville, on peut toujours agir par la suite avec la Loi sur la protection du patrimoine culturel», a-t-il fait valoir.

Ottawa n’a aucun pouvoir

Le fédéral déplore la potentielle disparition de cette structure du patrimoine militaire. Mais Ottawa n’a aucun pouvoir d’intervention sur le terrain privé de l’ancienne cimenterie.

«On n’a pas d’outil légal pour empêcher la démolition d’un bâtiment patrimonial qui appartient à un tiers», a précisé Marie-Josée Bissonnette, de Parcs Canada.

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire