Le ministre LeBlanc attaqué pour ses liens avec un empire

Le ministre LeBlanc attaqué pour ses liens avec un empire

OTTAWA – L’amitié assumée entre un ministre du gouvernement Trudeau et la puissante famille Irving a une fois de plus animé les débats à la Chambre des communes, jeudi.

Le ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Dominic LeBlanc, est présenté comme étant la tête d’affiche d’une soirée organisée par un grand cabinet d’avocats, qui aura lieu la semaine prochaine à Toronto.

La firme en question, Cox & Palmer, possède elle aussi des liens étroits avec les Irving, une des familles les plus riches au pays.

Il n’en fallait pas plus pour que l’Opposition officielle prenne à partie le ministre, l’accusant d’avoir manqué de «jugement» en acceptant l’invitation.

«Ce ne serait pas un problème si la firme en question n’avait pas de lien avec la famille Irving. Ce ne serait pas un problème non plus si la firme ne faisait pas de lobbying pour les Irving. C’est le festival du conflit d’intérêts», a pesté le député conservateur Pierre Paul-Hus.

Autorisation obtenue

M. LeBlanc s’est défendu, soulignant avoir obtenu l’autorisation préalable du Commissariat aux conflits d’intérêts et à l’éthique avant de confirmer sa présence au cocktail.

«En aucune circonstance, je ne me suis mis dans une situation de conflit d’intérêts», a-t-il rétorqué.

Plus tard en mêlée de presse, M. LeBlanc a qualifié l’invitation de «parfaitement normale», et précisé qu’il ne touchera aucune rémunération.

L’an dernier, le cocktail annuel a entre autres attiré le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, a plaidé le ministre. Ce dernier a de plus assuré ne pas être au courant des liens qui unissent le cabinet d’avocat et la famille Irving.

«Il s’agit d’une rencontre avec des gens d’affaires de Toronto qui discuteront de l’économie des provinces de l’Atlantique», s’est-il défendu.

Filtre en place

Pour le député bloquiste Luc Thériault, le simple fait que l’intervention de la commissaire à l’éthique ait été nécessaire démontre que le ministre LeBlanc «doit lui-même considérer qu’il y a apparence de conflit d’intérêts».

«M. LeBlanc a indiqué qu’il était dans une relation d’amitié avec un empire, un empire qui couvre les opérations de son ministère. Alors s’il y a pas là conflit d’intérêts potentiel, apparence de conflit d’intérêts, je ne sais pas ce qu’il y a», a-t-il fait valoir.

La commissaire à l’éthique, Mary Dawson, a mis en place un filtre anticonflits d’intérêts qui empêche Dominic LeBlanc de participer à toutes les décisions qui concernent J.D. Irving.

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire