Le ministre somme les policiers de remettre leur uniforme

Le ministre somme les policiers de remettre leur uniforme

Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, demande formellement aux policiers municipaux d’enlever leurs pantalons de camouflage pour remettre l’uniforme réglementaire, presque deux ans après le début de ces moyens de pression.

Dans une lettre adressée cette semaine aux syndicats, dont Le Journal a obtenu copie, le ministre exprime son «inconfort profond» face à cette pratique qui perdure depuis le 4 juillet 2014. Il dit vouloir «préserver la confiance du public».

«Je sollicite votre entière collaboration pour inviter vos membres à mettre un terme à cette pratique le plus tôt possible», écrit-il à Yves Francoeur, président de la Fraternité des policiers de Montréal.

Les syndicats des constables spéciaux et des autres corps de police municipaux ont également reçu la lettre.

Fin de non-recevoir

«Dans le contexte actuel, tant local qu’international, incluant notamment la menace terroriste et la montée du radicalisme, il m’apparaît essentiel que nous devions ensemble nous imposer les plus hauts standards en matière de prévention et de sécurité», écrit Martin Coiteux.

Sitôt envoyée, la lettre se heurte à une fin de non-recevoir de la part du président de la Fraternité des policiers de Montréal.

«Nous n’avons pas du tout l’intention d’obtempérer. [Le port des pantalons de camouflage] est un droit qui nous est donné par la Charte», réplique Yves Franc’ur, joint au téléphone.

Martin Coiteux

M. Franc’ur ne digère pas que le ministre évoque les attentats terroristes. Il dit justement avoir interpellé sans succès M. Coiteux après les récents attentats de Paris et de Bruxelles, pour l’inviter à revoir à la hausse les effectifs policiers.

«Pour le ministre, l’image est plus importante que les effectifs suffisants», lance le président syndical, dont la dernière rencontre avec le ministre remonte à «environ deux mois».

Les policiers montréalais portent des pantalons colorés ainsi que la casquette rouge de leur syndicat en guise de moyen de pression dans le cadre des négociations de leurs régimes de retraite.

Martin Coiteux est le troisième ministre de la Sécurité publique qui hérite de l’épineuse tâche de les convaincre de remettre leur uniforme réglementaire. Avant lui, les ministres Lise Thériault et Pierre Moreau n’ont pas réussi.

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire