Le nombre de restos pourrait ne plus être limité

Le nombre de restos pourrait ne plus être limité

N’en déplaise au réputé chef Daniel Vézina, la Ville de Québec risque de délivrer encore plus de permis de restauration dans les prochaines années. Le maire Régis Labeaume songe sérieusement à mettre fin au contingentement.

Réagissant à la sortie du propriétaire du restaurant Laurie Raphäel, qui juge qu’il y a déjà trop de restaurants à Québec, le maire Régis Labeaume a fait l’apologie du libre marché mardi.

«Je m’excuse, mais moi, je ne commencerai pas à décider qui peut ouvrir un restaurant. Ça se peut pas là. Ça ne se peut pas de dire qu’il y a trop de restaurants à Québec, puis de dire que la Ville devrait faire quelque chose.

Qui suis-je pour décider quel restaurant devrait ouvrir’» a-t-il déclaré lors d’une mêlée de presse à l’hôtel de ville.

Au client de décider

«Savez-vous qui va décider si un restaurant va rester ouvert’ C’est le client. Alors, je ne vois pas pourquoi la Ville commencerait à réglementer les restaurants. Ça veut dire qu’on commencerait à réglementer les quincailleries’

C’est quoi la différence entre les deux’ On n’a pas à décider, nous autres, s’il y a trop ou pas assez de restaurants à Québec, ce n’est pas notre job.»

La Ville, pourtant, réglemente déjà le milieu de la restauration en imposant une limite du nombre de restaurants dans huit zones commerciales bien délimitées, notamment sur Cartier, au Vieux-Port, dans le Petit-Champlain et sur Saint-Jean. Le contingentement a été instauré dans les années 80. D’autres artères comme la Grande Allée et la 3e Avenue n’ont jamais été touchées.

Un débat après les fêtes

Interrogé sur la contradiction évidente entre son discours sur la libre concurrence et le système actuel de contingentement, le maire a dévoilé son jeu, promettant un débat de fond en 2017.

«On va attaquer ce dossier-là après les fêtes. On va débattre. On va se demander si ça a du bon sens encore. N’oubliez pas que le contingentement, ç’a été fait pour ne pas déranger le monde qui habite là. Ce n’était pas parce qu’il y avait trop de restaurants», a fait valoir le maire.

Son idée sur la question semble déjà bien arrêtée. «Si les gens veulent investir dans un restaurant, ils ont le droit. On n’a pas à les empêcher de le faire parce que d’autres restaurateurs ne veulent pas. C’est-tu une bonne affaire de ne pas permettre à d’autres d’ouvrir’ Est-ce que c’est bon pour Québec’ On va se poser la question», a-t-il plaidé.

Combien de Restos
Rue ou secteur    
Cartier    23
Saint-Jean intra-muros    21
Saint-Jean extra-muros*    18
Saint-Louis    19
Vieux-Port    17
Petit-Champlain    16
Saint-Paul    12

*Pour le secteur de la rue Saint-Jean extra-muros (à l’extérieur des murs), le nombre de permis de restaurants peut varier en fonction de la distance entre chacun d’eux.

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire