Le projet du SRB dans une mauvaise posture dit l’opposition

Le projet du SRB dans une mauvaise posture dit l'opposition

L’opposition s’inquiète de la baisse d’achalandage au RTC et estime que la solution prônée par le maire, le SRB, fonce droit dans le mur.

«C’est un projet qui semble traîner la patte, qui ne suscite pas du tout l’adhésion. Le SRB, il n’y a personne qui en veut sauf le maire Labeaume. (…) C’est un projet qui semble fragile.»

Au terme de la présentation du budget et du plan d’investissement du Réseau de transport de la capitale (RTC), la chef de l’opposition, Anne Guérette, a dressé un bilan de l’évolution du service.

«L’achalandage (du RTC) est en baisse. Les heures sont en baisse, les coûts sont en hausse et on nous dit qu’on ne peut rien faire pour améliorer tout ça mais qu’on est en attente du réseau structurant» du service rapide par bus (SRB).

Photo Jean-François Desgagnés

Le directeur général du RTC, Alain Mercier.

«Un SRB ou non»

Mais à deux reprises, le directeur général du RTC, Alain Mercier, a dit en comité plénier mercredi que tout dépendrait de «si on a un SRB ou non».

Cette note n’a pas échappé à Anne Guérette. «J’ai été quand même surprise. Lui-même semblait remettre en doute l’arrivée du SRB.»

C’est mauvais signe, selon elle. «On ne fait pas de gain. On nous promet que dans un avenir rapproché on va faire des gains grâce à un SRB futur qui semble être remis en question autant par le maire de Lévis que par M. Mercier aujourd’hui.»

Lévis pas prête à payer

Le maire Gilles Lehouillier s’était inquiété au cours des dernières semaines des «rumeurs» voulant que le gouvernement demande aux villes de Québec et Lévis de financer le projet à la hauteur de 10 % à 25 %, alors que celles-ci souhaitaient que la facture soit assumée à 100 % par le provincial. Mardi, il a affirmé que Lévis abandonnerait le projet si la part des villes grimpait à 25 %.

Le maire Régis Labeaume a pour sa part refusé obstinément de commenter la sortie de son vis-à-vis. «J’ai rien à dire», a-t-il répété.

Étiquettes :

Laisser un commentaire