Le Québec éliminé au tournoi des Coeurs

Le Québec éliminé au tournoi des Coeurs

La skip québécoise Ève Bélisle faisait contre mauvaise fortune bon c’ur, vendredi, à la suite de son élimination au tournoi de curling des C’urs Scotties disputé à St. Catharines, en Ontario.

Malgré une intéressante fiche de 7-4, le Québec n’a pu poursuivre sa route jusqu’à la ronde éliminatoire.

«Au début de la semaine, c’est ce qu’on visait de terminer avec sept victoires au tournoi à la ronde, a révélé Bélisle, en entrevue téléphonique avec l’Agence QMI. Habituellement, ça peut être suffisant pour passer, mais la chance n’était pas de notre côté. De manière générale, on peut dire que nous sommes fières de notre semaine.»

L’équipe du Québec était complétée par Brittany O’Rourke, Trish Hill, Lauren Mann et la remplaçante Pamela Nugent.

C’est une victoire de la formation du Nord de l’Ontario contre celle des Territoires du Nord-Ouest, vendredi matin, qui a sonné le glas pour Bélisle et ses coéquipières. Les représentantes du Québec avaient réussi à conserver un mince espoir de se qualifier à la suite d’une victoire de 8-5 contre la Colombie-Britannique, jeudi soir, mais leur destin n’était plus entre leurs mains.

«Nous regardions le match à partir de l’hôtel en se croisant les doigts», a indiqué Bélisle.

Le Manitoba (10-1), l’Ontario (10-1), Équipe Canada (9-2) et le Nord de l’Ontario (8-3) sont les quatre équipes qui poursuivent la compétition.

Le Québec, qui conclut au cinquième rang du tournoi à la ronde, a justement subi ses quatre défaites contre ces mêmes équipes.

«Les parties que nous devions logiquement gagner, nous les avons gagnées», a reconnu Bélisle.

Devant le scénario final, la skip québécoise s’en voulait toutefois encore pour la défaite de 7-6 subie d’entrée de jeu contre le Manitoba.

«On aurait dû gagner ce match-là», a estimé Bélisle.

Sur une note personnelle, celle qui évolue au club de curling de Ville Mont-Royal était satisfaite d’une première présence depuis 2010 au tournoi des C’urs Scotties.

«Déjà, c’est pas mal difficile de se rendre là en gagnant au tournoi provincial, a indiqué Bélisle. Dans mon cas, je suis partie en Australie pendant trois ans pour compléter une maîtrise (de 2013 à 2015) et j’ai arrêté le curling pendant cette période. Ça fait du bien de revenir et de voir que je fais encore partie de l’élite.»

À 37 ans, Bélisle estime que les équipes n’ont cessé de s’améliorer au fil des dernières années, mentionnant le niveau d’entraînement des athlètes. Dans ce contexte, elle continue de tirer son épingle du jeu, si bien qu’elle rêve déjà du jour où elle retournera au fameux tournoi canadien avec ses coéquipières.

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire