Le report du projet Le Phare déçoit des citoyens

Le report du projet Le Phare déçoit des citoyens

Le report des consultations publiques sur Le Phare et, incidemment, de la première pelletée de terre, déçoit plusieurs résidants du secteur pour qui la réalisation de ce mégaprojet est synonyme de retombées économiques et de développement.

«Je ne suis pas d’accord qu’on reporte le projet. J’ai hâte de le voir, Le Phare», lance Teresa Hernandez, qui demeure sur l’avenue Sasseville, à quelques mètres du site du futur mégaprojet.

Cette résidante déplore que la Ville de Québec repousse à l’an prochain les consultations publiques sur Le Phare en raison d’une incapacité à présenter une solution durable et complète au problème de circulation dans le secteur, retardant ainsi la première pelletée de terre prévue en 2017.

«C’est une innovation pour le bien de la ville et du quartier. Les gens verraient que Québec est une belle grande ville en développement. On gagnerait en touristes et retombées économiques.»

Un résidant de la rue des Châtelets abonde dans le même sens. «Ce serait définitivement un attrait touristique. La plus haute tour à l’est de Toronto. On pourrait enfin regarder Montréal de haut», blague Roch Leclerc. «Ça favoriserait un bon roulement économique. Les gens qui craignent de ne plus voir le soleil peuvent se déplacer. Ceux pour qui le report fait l’affaire ont peur du progrès.»

«Ils veulent développer une zone en dehors du centre-ville. Ce sera bénéfique pour le quartier et pour la ville aussi. Si les gens veulent quelque chose de plus paisible, qu’ils changent de secteur», renchérit Rafael Verastegul.

Néanmoins, plusieurs résidants rencontrés par Le Journal, samedi, se réjouissaient de voir l’érection du Phare retardée, alléguant notamment que la quiétude du quartier serait perturbée sans parler de la congestion routière et de l’absence de soleil.

«Je suis très heureuse, j’ai pris un verre à la santé de cette nouvelle », dit Stéphanie Boivin, qui a vue sur le site du futur Phare.

Line Tremblay peinait aussi à cacher son enthousiasme «Je ne veux rien savoir. La vue serait très réduite. On aurait l’air d’un village de Gaulois avec le trafic tout autour. Le plus tard sera le mieux et si c’est jamais, c’est encore mieux.»

Son conjoint y voit quant à lui une «stratégie électorale» de la part du maire de Québec, Régis Labeaume, à l’approche des élections municipales. «C’était un boulet. Il va se faire élire en novembre et le ramener sur le tapis ensuite», croit Jean Gauthier.

Le Phare

Deux millions de pieds carrés.

La tour principale de 250 mètres (65 étages) comprendra 17 étages de bureaux, un hôtel de 150 chambres, 350 unités résidentielles locatives, 200 condos, un restaurant et un observatoire.

La deuxième tour, d’une hauteur de 180 mètres, sera vouée au résidentiel.

1100 unités résidentielles au total dans les 4 immeubles.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire