Le sort s’acharne sur le restaurant Les frères Toc

Le sort s'acharne sur le restaurant Les frères Toc

C’était la quatrième fois, dimanche, qu’un véhicule fonçait dans le restaurant de Charlesbourg Les frères Toc, près de Lac-Beauport, et le propriétaire en a ras le bol.

«C’est extrêmement dangereux ce coin-là. Il faut que ça arrête à un moment donné», tonne Michel Halligan. Il n’est pas expert en matière de transport, mais il refuse de croire qu’il n’y aurait pas de solutions. C’est encore étonnant que personne n’ait été blessé sérieusement dans tous ces accidents, souligne le restaurateur.

Il avoue avoir vécu son «petit moment de découragement» quand les policiers l’ont appelé aux petites heures, dimanche.

Vers 1 h 30 du matin, un véhicule circulait boulevard du Lac, en direction sud, raconte le lieutenant Francis Pétrin, du Service de police de la Ville de Québec. La voiture a vraisemblablement manqué cette courbe qui mène au boulevard Henri-Bourassa.

Vol plané

Des policiers ont été témoins. «Ils ont vu le véhicule dans les airs», poursuit M. Pétrin. Les quatre fers en l’air, il a embouti l’immeuble. L’alcool pourrait être en cause. Un prélèvement sanguin a été demandé pour la conductrice dans la cinquantaine.

M. Halligan estime les dommages à 35 000 $. Le resto est complet pour les partys de Noël et pourra rester ouvert. 

Quatrième fois

C’est la quatrième fois que ça arrive. Le 29 août 2008, alors qu’il venait tout juste d’acheter, un automobiliste a omis de faire son arrêt et a démoli la façade du restaurant. Le carrefour a été réaménagé par la suite, ce qui n’a pas empêché les trois autres accidents. «Au lieu cogner du côté gauche, ils cognent du côté droit!»

Il avait aussi fait son bout en posant des pierres pour freiner les étourdis. Mais en 2012, un véhicule a bondi sur le tas de roches et a terminé sa course à un jet de pierre du resto, qui était bondé.

Le 9 juin dernier, un gros véhicule récréatif a subi un ennui mécanique et a défoncé un mur du restaurant. Les dommages ont atteint 300 000 $ et le resto a dû fermer ses portes le temps de tout réparer. Il n’était rouvert que depuis quelques semaines.

Marc Vallières/Agence QMI

M. Halligan avait l’intention d’installer des poutres de béton pour éviter un nouvel accident. «On s’en allait vers ça, mais on n’a pas eu le temps» avant le plus récent accident».

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire