Lebel compare les agissements du NPD au scandale des commandites

Lebel compare les agissements du NPD au scandale des commandites

QUÉBEC – Signe que le Nouveau Parti démocratique (NPD) est à l’adversaire à battre à Québec, le conservateur Denis Lebel s’est joint aux candidats de la région, jeudi matin, pour ramener le dossier des bureaux satellites du NPD, qu’il compare au scandale des commandites libéral.

«C’est la même affaire que les commandites. […] Le NPD s’inspire des bonnes vieilles méthodes libérales », a lancé le lieutenant de Stephen Harper pour le Québec, en conférence de presse.

Denis Lebel a rapporté que les députés néo-démocrates de la région de Québec auraient dépensé environ 30 000 $ chacun à des fins partisanes, à même des budgets normalement réservés aux services aux citoyens.

Le chef Thomas Mulcair et la députée Nycole Turmel, qui avait assumé l’intérim après le décès de Jack Layton, auraient quant à eux dépensés 415 000 $ de la même façon.

Depuis le début de la campagne électorale, les conservateurs martèlent que le NPD a transgressé les règles du Parlement, en utilisant 2,7 millions $ de fonds publics à des fins partisanes.

Cette somme aurait été utilisée pour ouvrir des bureaux satellites du NPD, notamment à Québec, Montréal, Toronto et Saskatoon, avait révélé le Bureau de régie interne de la Chambre des communes, en février dernier.

L’affaire est depuis contestée par le parti de Thomas Mulcair en Cour fédérale.

Rattrapés par l’affaire Duffy en début de campagne, les conservateurs avaient tenté, en vain, de faire pression sur les néo-démocrates en lançant le site Internet remboursez.ca.

À un peu plus d’un mois du scrutin du 19 octobre, ils reviennent aujourd’hui à la charge.Après les vacances estivales et la rentrée scolaire, Denis Lebel considère que les électeurs sont désormais «plus à l’écoute».

Selon lui, il n’y a aucune comparaison possible entre le dossier des bureaux satellites du NPD et l’affaire Duffy.

«C’est un parti politique qui a mis de l’avant un stratagème, pas un individu», a souligné M. Lebel.

La commission Gomery avait estimé à 332 millions $ les fonds publics utilisés pour financer des opérations de relations publiques contre l’option souverainiste.

Aussi sur Canoe.ca

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire