Légalisation de la marijuana, attentation à la sécurité routière

Légalisation de la marijuana, attentation à la sécurité routière

QUÉBEC – L’Association canadienne des automobilistes (CAA) et sa branche québécoise, CAA-Québec, soutiennent que le fédéral doit tenir compte de la sécurité routière et des inquiétudes du public dans son projet de légaliser la marijuana.

Lundi, les deux entités ont émis des recommandations au législateur basées sur une récente étude commandée à la Fondation de recherches sur les blessures de la route. Selon cette étude, les connaissances sur l’impact de la consommation de cannabis sur la conduite automobile doivent être approfondies, et la législation et les sanctions doivent être améliorées afin d’assurer la sécurité sur les routes.

Selon CAA-Québec, «les chercheurs estiment que l’ajout de policiers formés pour déterminer si un conducteur a les facultés affaiblies par les drogues ainsi que l’achat de dispositifs de dépistage sont d’autres mesures essentielles».

«De plus, la modification des législations provinciales et des sanctions liées à la conduite sous l’influence des drogues devra être basée sur des orientations claires émises par le gouvernement fédéral.»

La CAA a soumis l’étude au Groupe de travail sur la légalisation et la réglementation de la marijuana et dit aussi vouloir sensibiliser les politiciens à propos des inquiétudes du public. À cet effet, un sondage mené par la CAA au mois d’août dernier indique que «63 % des Canadiens croient que la sécurité routière sera compromise lorsque la marijuana sera légalisée».

Autre constat du sondage réalisé auprès de 2012 personnes: «26 % des Canadiens âgés de 18 à 34 ans croient que les capacités d’un automobiliste demeurent inchangées ou se voient améliorées avec l’usage de la marijuana».

Cette perception des jeunes adultes canadiens est en contradiction avec une étude du Centre canadien de lutte contre les toxicomanies citée par la CAA qui dit que «la marijuana altère les fonctions cognitives et motrices nécessaires à la conduite et double le risque d’accident».

Un autre sondage effectué cette fois au printemps dernier par la CAA-Québec révélait, pour sa part, que 73 % des Québécois sont inquiets des impacts de la légalisation de la marijuana sur la sécurité.

«Le gouvernement doit prendre acte de ces inquiétudes», soutient Sophie Gagnon, vice-présidente des communications et affaires publiques de CAA-Québec.

Selon Mme Gagnon, «le groupe de travail fédéral qui remettra son rapport au gouvernement à la fin novembre ne peut faire abstraction des inquiétudes des Canadiens ni de ce « banc d’essai » que constituent les deux États américains ayant légalisé le cannabis, soit Washington et le Colorado. Nous espérons des recommandations précises en matière de sécurité routière.»

Dans l’État de Washington, notamment, qui a légalisé le cannabis en 2012, le nombre d’automobilistes impliqués dans un accident mortel et ayant consommé récemment de la marijuana est passé de 8 à 17 %, selon des chiffres de l’Association américaine des automobilistes (AAA) cités par la CAA. De plus, dans cet État, «en 2014, 1 conducteur sur 6 impliqué dans un accident mortel avait fait un usage récent de cannabis».

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire