Les deux meurtriers évadés recherchés au Canada

Les deux meurtriers évadés recherchés au Canada

MONTRÉAL – La Gendarmerie royale du Canada (GRC) recoupait mercredi des informations selon lesquelles les deux meurtriers américains, évadés d’une prison de l’État de New York début juin, auraient quitté les États-Unis et trouvé refuge au nord de la frontière.

«On a reçu certaines informations que nous sommes en train de corroborer: on parle d’une entrée au Canada», a indiqué à l’AFP le caporal François Gagnon, de la GRC.

Il a toutefois averti que les signalements reçus du public ne permettaient pas jusqu’à présent de conclure à la présence formelle au Canada des deux fugitifs américains.

La police fédérale canadienne «collabore avec beaucoup de partenaires américains tels que le FBI» dans cette affaire, a souligné le caporal Gagnon.

L’édition de mercredi du Journal de Montréal affirme que des informations transmises à la GRC laissent penser que les deux meurtriers américains auraient quitté les États-Unis par une zone boisée et montagneuse située aux confins du Québec et du Maine, autour du village américain de Jackman, à moins de 10 km de la frontière.

David Sweat, 35 ans, et Richard Matt, 49 ans, tous deux condamnés pour meurtres, se sont enfuis le 6 juin à l’aube de la prison de haute sécurité de Clinton, à Dannemora, à moins de 40 km au sud du Canada.

Toujours rien après 12 jours

Douze jours après leur évasion spectaculaire, les deux meurtriers restaient introuvables mercredi, en dépit de 1400 pistes et de centaines de membres des forces de l’ordre toujours sur le terrain.

Une récompense de 100.000 dollars a été offerte par les autorités américaines pour toute information permettant l’arrestation des deux hommes.

La police de l’État de New York a diffusé deux photos retouchées par ordinateur, montrant «ce à quoi ils pourraient ressembler» après douze jours de cavale. Les deux hommes y apparaissent avec une barbe de plusieurs jours. «Ils sont tous les deux considérés comme dangereux. Si vous les localisez, ne les approchez pas», a insisté la police sur sa page Facebook.

Le responsable des recherches Charles Guess, a précisé dans une conférence de presse que celles-ci allaient être étendues à d’autres secteurs à proximité de la localité de Dannemora, où se trouve la prison de Clinton. Au total, 41 km2 ont déjà été passés au peigne fin, a-t-il dit.

Il a ajouté que les recherches se poursuivaient 24 heures sur 24, et que les autorités exploraient 1400 pistes. Mais les effectifs sur le terrain sont passés à 600, contre 800 ces derniers jours.

Les autorités ont précisé qu’elles n’avaient «aucune information selon lesquelles ils ont été capables de quitter la région». Mais «ils peuvent être n’importe où», ont-elles aussi concédé, demandant à la population de rester motivée et de lui fournir toute information, même la plus insignifiante.

Rappel des faits

Richard Matt, 49 ans, et David Sweat, 35 ans, s’étaient enfuis dans la nuit du 5 au 6 juin de la prison de haute sécurité de Clinton, à 35 km de la frontière canadienne, après avoir percé à la scie les murs de leur cellule, et emprunté un dédale de tunnels de canalisations, jusqu’à une bouche d’égout en dehors de la prison.

Ils ont été aidés pour préparer leur évasion par une femme de 51 ans, travaillant dans l’atelier de confection de la prison, qui leur a notamment fourni des lames de scie et des burins. Joyce Mitchell, arrêtée la semaine dernière, avait aussi prévu de les attendre avec une voiture pour les conduire vers une destination non précisée, à 7 heures de la prison, mais elle s’était ravisée au dernier moment, et prise d’une crise d’angoisse, s’était rendue dans un hôpital, selon les autorités.

Elle avait discuté avec les deux hommes d’un complot visant à tuer son mari, a aussi confirmé mercredi le procureur local Andrew Wylie.

Vu la pression médiatique, elle a été transférée dans une nouvelle prison, à quelque 200 km de Dannemora, ont aussi annoncé les autorités.

David Sweat, 1 mètre 80 et 74 kilos, purgeait une peine de réclusion à perpétuité pour le meurtre d’un shérif-adjoint dans l’Etat de New York en 2002.

Richard Matt, 1 mètre 82 et 95 kilos, purgeait lui une peine pouvant aller de 25 ans de réclusion à la perpétuité, pour avoir enlevé son ancien patron de 76 ans, battu à mort et démembré en 1997.

Aussi sur Canoe.ca

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire