Les familles des victimes devraient recevoir bientôt leurs indemnités

Les familles des victimes devraient recevoir bientôt leurs indemnités

Les familles des victimes de la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic devraient recevoir les indemnités qui leur sont dues au courant des deux dernières semaines de janvier.

Le fiduciaire a reçu les quelque 460 millions $ canadiens du Fonds d’indemnisation mis sur pied dans le cadre des procédures de faillite de la Montréal Maine et Atlantic railways.

Les avocats américains devaient être à Lac-Mégantic jeudi et vendredi pour rencontrer les proches des personnes décédées. L’objectif de ces rencontres était de les informer sur les méthodes de paiement. Des experts d’une compagnie d’assurance étaient aussi sur place pour les informer des véhicules de placements financiers sécuritaires qui leur seront accessibles.

Dans le cadre du plan d’arrangement avec les créanciers de la MMA, 114 millions $ canadiens seront versés aux proches des 47 personnes qui ont trouvé la mort la nuit du déraillement de train et des deux autres personnes décédées postérieurement aux tragiques événements.

L’allocation la plus élevée pour une famille dépasse 5 millions $ alors que la plus basse est légèrement inférieure à 500 000 $.

Des enfants ont perdu un parent, dans certains cas les deux. Ils se partageront plus de la moitié des 114 millions $.

Cet argent doit assurer leurs besoins financiers à long terme, ce qui est une responsabilité énorme pour leurs tuteurs. D’où l’importance de bien les guider dans la gestion de ce patrimoine, a mentionné l’un des avocats au dossier, Me Hans Mercier.

«Ce sont des sommes importantes, on veut protéger nos clients des nombreux conseillers qui pourraient avoir de mauvaises intentions, a-t-il expliqué. Dans le cas des enfants, il y a des placements qui garantissent des rentes viagères mensuelles pour assurer leurs besoins. Il faut que l’argent soit placé de façon sécuritaire et éviter qu’il soit dilapidé par les tuteurs ou même les enfants une fois qu’ils atteignent un certain âge.»

Éric Bouchard a perdu son frère la nuit du 6 juillet 2013. Yannick, âgé de 36 ans, habitait au-dessus du Musicafé, un des nombreux immeubles détruits à la suite du déraillement.

Les quelques dizaines de milliers de dollars qu’il touchera ne compenseront pas l’absence de son unique frère, mais l’aboutissement de ces procédures constitue tout de même une étape importante pour lui.

«L’argent ne ramènera aucune personne qui a perdu la vie dans ce drame. Par contre, la satisfaction qu’on en retire, c’est le sentiment que justice est enfin rendue. Les compagnies, en acceptant de nous dédommager, reconnaissent leur part de responsabilité et cela nous aide à composer avec la suite des choses.»

Entre 90 et 100 millions $ seront alloués aux personnes qui ont subi des préjudices moraux et physiques ainsi que des dommages matériels et économiques; dans ces cas, elles seront indemnisées en deux versements.

«Comme certains dossiers risquent de faire l’objet de contestation, il est difficile de départager les montants précis qui seront alloués à chacun. C’est pourquoi une première partie leur sera versée en février, la dernière tranche quelque part en avril ou mai», a expliqué Me Mercier.

Moins de trois ans se seront écoulés pour en arriver à un règlement final, ce qui est plus que respectable comme délai, compte tenu des circonstances et de l’ampleur de cette tragédie.

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire