Les proches de Lyne Massicotte n’ont jamais cru Alain Perreault après la disparition de la femme

Les proches de Lyne Massicotte n'ont jamais cru Alain Perreault après la disparition de la femme

Les proches de Lyne Massicotte n’ont jamais cru Alain Perreault, à qui ils ont parlé à plusieurs reprises dans les heures suivant la disparition de leur amie, soupçonnant rapidement que quelque chose de «grave s’était produit».

La Couronne a appelé à la barre Manon Lessard, une grande amie de la disparue et premier témoin au procès pour meurtre d’Alain Perreault. Le 16 juillet 2003, Lyne Massicotte lui annonçait qu’elle irait rencontrer à Québec Alain Perreault, le lendemain. «Elle l’avait rencontré sur le web», se souvient la dame, dans un témoignage fort émotif et ponctué de pleurs.

Après avoir vainement tenté de lui faire changer d’idée, Manon Lessard a acquiescé. Le 17 juillet au matin, elle allait chercher la fille de Lyne Massicotte chez elle à Chambly, vers 10h15, pour qu’elle puisse prendre la route pour Québec, elle qui n’y était que rarement allée.

Fidèles à leurs habitudes, les deux femmes ont convenu de se donner des nouvelles. Lyne Massicotte s’engage à la contacter à son arrivée à Québec et plus tard en soirée, pour s’assurer que tout est sous contrôle. Avant son départ, elle lui remet les coordonnées d’Alain Perreault.

Sans nouvelle

Un premier appel est logé en après-midi, mais rien en soirée. Inquiète, Manon Lessard contacte vers 22h30 Alain Perreault. Ce dernier lui dit que Lyne Massicotte est partie «chercher des cigarettes» à 18h30 et qu’elle n’est «jamais revenue».

La dame n’en croit pas un mot. Elle joint la s’ur de Lyne, Francine Massicotte, et l’informe ses craintes. Cette dernière contacte à son tour Alain Perreault, qui lui répète l’histoire des cigarettes. Sceptique, elle demande d’aller vérifier si sa voiture est là, ce à quoi l’accusé répond qu’il n’a aucune idée de ce à quoi elle ressemble. Francine l’informe : Pontiac sunfire noir.

Francine Massicotte rappellera à quatre autres reprises Alain Perreault. «J’étais convaincue qu’il était arrivé malheur», a-t-elle témoigné. À un moment, il change sa version et affirme que le duo a fumé du cannabis, qu’il s’est rendu à la voiture et que comme il ne pouvait pas conduire, Lyne Massicotte est partie souper seule.

«Il venait de se contredire ! Il m’avait dit qu’il ne savait pas à quoi l’auto ressemblait!», a pesté le témoin.

Les proches de Lyne Massicotte ont alors multiplié les recherches durant la nuit et les jours subséquents pour tenter de la retrouver. Avec l’aide de policiers, des battues ont été étalées pendant deux mois, en vain.

Le contre-interrogatoire de Manon Lessard se poursuit mercredi après-midi.

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire