Les Québécois champions de la hausse de l’endettement

Les Québécois champions de la hausse de l'endettement

Les consommateurs québécois sont ceux dont l’endettement non hypothécaire a le plus augmenté au pays au premier trimestre, révèlent des données publiées mercredi par l’agence de crédit TransUnion.

Par rapport à l’an dernier, la dette moyenne non liée à un prêt hypothécaire des consommateurs québécois a augmenté de 3,6% pour atteindre 17 517$, comparativement à la période de janvier à mars 2015.

En comparaison, la dette de l’ensemble des Canadien sa progressé de 2,71% et celle des consommateurs de l’Alberta, aux prises avec les conséquences économiques entraînées par la chute des prix du pétrole, de 1,41%.

En dépit de cette hausse, la dette excluant les hypothèques des consommateurs du Québec demeure la plus basse au pays, dont la moyenne est de 21 348$.

Comptes en souffrance en hausse

Par ailleurs, les Québécois sont parmi les Canadiens dont les comptes en souffrance ont le plus augmenté au cours de la même période.

Par rapport à l’an dernier, les défauts de paiement après 90 jours des prêts non hypothécaires contractés par les consommateurs québécois sont passés de 1,89% à 2,01%.

Calculée en pourcentage, cette hausse représente une augmentation de 6,29%. Il s’agit de la progression la plus forte au pays, après celle de 11,92% des consommateurs de l’Alberta.

En Ontario, le  taux de défaut de paiement a diminué légèrement, passant de 2,59% à 2,57%.

Le portrait des consommateurs du Québec en matière de comptes en souffrance n’est toutefois pas complètement noir, puisque le taux de défaut de paiement de 2,01% demeure le plus bas de tout le Canada. Pour le pays, la moyenne est de 2,98%.

À eux seuls, les défauts de paiement sur les cartes de crédit au Canada ont augmenté de plus de 14% sur une année.

Selon TransUnion, les variations dans les taux des défauts de paiement accusent généralement un retard par rapport à la situation économique des consommateurs.

«Lorsque la baisse du pétrole a commencé à avoir une incidence disproportionnée sur certaines provinces en 2015, le taux de défaut de paiement sur les cartes de crédit nationales n’a commencé à monter que quelques trimestres plus tard, ce qui explique l’importante augmentation d’une année sur l’autre», a expliqué Jason Wang, directeur des recherches et des analyses pour TransUnion au Canada.

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire