Les sauveteurs des piscines publiques ne devraient pas rester sur leur chaise recommande le coroner

Les sauveteurs des piscines publiques ne devraient pas rester sur leur chaise recommande le coroner

Les sauveteurs des piscines publiques de la province devraient être en mouvement autour du plan d’eau qu’ils surveillent, plutôt que de demeurer assis sur leur chaise haute, recommande le coroner chargé d’enquêter sur la noyade d’un jeune homme de 22 ans en 2014 à Québec.

«La surveillance active implique que le sauveteur se déplace dans sa zone de surveillance plutôt que de demeurer statique à un endroit», a expliqué la coroner Alice Bélanger, dans son rapport sur la mort d’Épimaque Nzabandora, survenue en juin 2014, à la piscine du parc Gérard-Marchand.

«Le déplacement accroît la vigilance et, en offrant différents points de vue, il permet de contrer les difficultés d’observation causées notamment par le soleil, les ombres et la réfraction des ondes dans l’eau qui cause de la distorsion et rend l’observation du fond de la piscine difficile», a ajouté la coroner dans son rapport.

D’après Alice Bélanger, il est important que le «plan de surveillance soit adapté pour chaque emplacement de baignade et il revient à l’employeur et non aux sauveteurs de le mettre en place».

Cette manière de procéder aurait notamment pu permettre aux sauveteurs de localiser plus rapidement Épimaque Nzabandora lorsqu’il a coulé à pic au fond de la piscine.

Le jeune homme, qui avait la peau noire, se trouvait au fond de la piscine, directement sur une ligne noire démarquant les corridors. L’absence de contraste pourrait avoir retardé le moment où il a été repéré, estime la coroner.

Toujours selon Alice Bélanger, la victime aurait «surestimé ses capacités aquatiques», lui qui venait de sauter dans la partie profonde de la piscine depuis le tremplin. D’après les témoignages recueillis, Épimaque Nzabandora avait des compétences de nage «minimales, voire inexistantes».

«De plus, selon son dossier médical, M. Nzabandora présentait une cécité congénitale à l’oeil gauche. Ceci pourrait avoir nui à son évaluation de la profondeur de l’eau lorsqu’il est entré dans la partie profonde de la piscine où il a été retrouvé», peut-on lire dans le rapport du coroner.

Après être demeurée plusieurs secondes sous l’eau, la victime avait été transportée d’urgence à l’hôpital. Le jeune homme a finalement rendu l’âme quelques jours plus tard.

La coroner Alice Bélanger a conclu qu’il s’agissait d’un décès accidentel.

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire