Les syndicats dénoncent le projet Optilab et craignent pour le transport d’échantillons

Les syndicats dénoncent le projet Optilab et craignent pour le transport d'échantillons

Au moins 460 technologistes médicaux perdront leur emploi dans le cadre de la fusion des laboratoires des hôpitaux du Québec, déplorent des syndicats qui craignent pour le transport des échantillons sur de longues distances.

«On trouve ça assez catastrophique», réagit Mélissa Gaouette, vice-présidente de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS)-CSN.

« Laboratoires serveurs »

Annoncé en 2011, le projet Optilab du ministère de la Santé (MSSS) vise à centraliser les analyses des laboratoires des hôpitaux dans 11 «laboratoires serveurs». À Montréal, tous les hôpitaux devront envoyer 70 % de leurs échantillons dans deux centres choisis: le CUSM et le CHUM.

«Qui va transporter ça’ Dans quelles conditions’ Dans quel état ça va arriver’ On n’a pas de réponses», déplore Nicole Déry, vice-présidente de l’Alliance du personnel professionnel et technique en santé (APTS).

Selon le MSSS, les analyses urgentes seront toujours faites localement. Étant donné la fusion, de 10 % à 20 % des 4600 technologistes médicaux perdront leur emploi d’ici cinq ans, confirme le MSSS. Par ailleurs, certains hôpitaux de région devront transférer leurs échantillons (prises de sang, biopsies pour cancer, etc.) sur des centaines de kilomètres.

De l’Abitibi à Montréal

En Abitibi, la plupart des échantillons devront être transférés au CUSM, ont appris les syndicats.

Selon le MSSS, Optilab permettra à terme des économies de 75 millions $. On assure aussi qu’il n’y aura aucun impact négatif pour les patients.

«Nous ne ferons aucun compromis sur la qualité. La normalisation permettra en fait d’assurer que la qualité soit maintenue partout sur le territoire québécois», écrit la direction des communications.

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire