Les trois choses que Disney interdit dans ses films

Les trois choses que Disney interdit dans ses films

Depuis toujours, vous pensez que le sexe était l’un des plus gros tabous de Disney’ Sachez-le: c’est une simple légende. Disney n’impose rien, à ce sujet, à ses réalisateurs. Le réalisateur de Peter et Elliott le dragon, David Lowery, a révélé les règles imposées par le studio, et ce qui ne doit impérativement pas apparaître dans ses films.

Ainsi, le tabac, l’empalement et la décapitation sont les trois interdits de Disney, apparaissant noir sur blanc dans les contrats! Outre ses règles, les films Walt Disney doivent également entrer dans les classifications «Tout public« et PG-13 (accord parental pour les spectateurs de moins de 13 ans). La violence tant physique que verbale est donc prohibée.

Le tabac est pourtant présent dans Les 101 Dalmatiens, avec le célèbre porte-cigarettes de Cruella. Rien de plus logique: l’interdiction n’a été établie qu’en mars 2015. À noter que cette règle s’applique également aux films distribués par les filiales Marvel, Pixar et Lucasfilm.

Des dérives sont tout de même envisageables. Ainsi, un film Disney peut mentionner le tabac, mais en donnant une image négative de celui-ci.

Il est également possible de voir fumer un personnage, seulement s’il s’agit d’une figure historique connue pour son amour de la cigarette, auquel cas il serait difficile de se passer de ce détail.

Évidemment, il est rare de trouver des scènes de décapitation dans les films Disney avant même les nouvelles règles de 2015. Aladdin fait (un peu) exception puisque Jafar fait croire à Jasmine que son soupirant a été exécuté.

Par ailleurs, la mort d’Ursula dans La petite Sirène (1989) vous a peut-être marqué: Ursula est en effet empalée et la pratique n’avait l’époque pas du tout été acceptée. Disney a donc retenu la leçon.

Étiquettes :

Laisser un commentaire