Les vacances sont essentielles pour un bon équilibre de vie

Les vacances sont essentielles pour un bon équilibre de vie

Les vacances, c’est un besoin fondamental comme dormir et manger, affirme le Dr Robert Béliveau, du Centre Épic de l’Institut de cardiologie de Montréal.

«Notre culture valorise la performance. On veut projeter l’image d’un être invulnérable. Lorsqu’on est toujours dans l’action, on ne réalise pas les méfaits causés par la fatigue, l’épuisement sur notre santé physique et mentale», met en garde le Dr Béliveau, qui anime des ateliers de gestion du stress.

Alors que les vacances de la construction débutent (voir autre texte), s’accorder un temps de repos fait partie d’une hygiène de vie au même titre que faire de l’exercice et avoir une saine alimentation, prône-t-il. «Je n’ai jamais entendu une personne gravement malade ou mourante dire: J’aurais dû passer plus de temps au bureau!’ Les gens mènent des vies trépidantes. Aussitôt qu’ils ont un moment de libre, ils se précipitent sur leur téléphone intelligent. On est tellement sollicités, il faut s’autoriser à dire non», souligne le Dr Béliveau.

Selon Geneviève Belleville, professeure au département de psychologie de l’Université Laval, on assiste à un nouveau phénomène, celui des gens qui ne prennent pas toutes leurs vacances. «Ces personnes disent: si je me retrouve à résoudre des problèmes du bureau sur le bord de la plage, aussi bien travailler», illustre la professeure Belleville.

Des études montrent également que la publication des photos de voyage sur Facebook peut créer une pression chez les gens anxieux qui ont l’impression d’avoir de moins belles vacances, note-t-elle.

Nul besoin de s’évader à des milliers de kilomètres en vacances. Il suffit de briser la routine, de relaxer et de s’adonner à des activités qui nous plaisent. «S’il pleut, on peut faire un pique-nique dans le salon avec les enfants», suggère Mme Belleville.

Selon le Dr Béliveau, il ne faut toutefois pas voir les vacances comme notre unique planche de salut pour refaire le plein d’énergie. «Au quotidien, on doit s’accorder une heure ou deux pour soi, pour une activité de récupération, de ressourcement. On peut mettre de l’argent de côté, mais on ne peut pas mettre du temps de côté», formule-t-il.

Les enfants qui passent des semaines à la garderie, dans les camps de jour, dans le bruit constant, ont aussi besoin d’un temps d’arrêt et de participer à des activités familiales qui créent des souvenirs, rappelle la professeure Belleville.

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire