L’éthique des libéraux fédéraux encore la cible de l’opposition

L'éthique des libéraux fédéraux encore la cible de l'opposition

OTTAWA – Justin Trudeau s’est défendu d’avoir été l’attraction principale d’une soirée de financement à 1500 $ le billet en mai dernier, à l’invitation de richissimes hommes d’affaires de la communauté chinoise.

À la période de questions, mardi, l’opposition a fait ses choux gras de ces nouvelles révélations du quotidien torontois le Globe and Mail, qui met une fois de plus à mal le sens étique des libéraux fédéraux.

«Côtoyer des millionnaires dans ce genre d’événements où on marchande l’accès au gouvernement ne sent pas très bon», a déclaré en Chambre la chef du Parti conservateur Rona Ambrose.

Justin Trudeau a rejeté ces accusations du revers de la main, soulignant que les règles de financement au palier fédéral sont «parmi les plus strictes au pays».

Selon le Globe, plusieurs convives lors de cette soirée avaient de bonnes raisons de rechercher la compagnie du premier ministre, l’instant d’un repas.

Le nom de Shenglin Xian figure notamment sur la liste des invités. En mai, l’homme d’affaires était toujours en attente du feu vert du fédéral pour créer une banque dédiée à la communauté chinoise.

Aujourd’hui en activité, la Wealth One Bank of Canada a reçu l’approbation d’Ottawa, en juin, soit quelques semaines après le cocktail de financement.

La présence de M. Shenglin semble violer les règles du Parti libéral du Canada. Celles-ci interdisent à quiconque de participer à une collecte de fonds du parti s’ils sont en attente d’une décision gouvernementale, a rapporté le quotidien.

Justin Trudeau semble aussi avoir enfreint ses propres règles éthiques en participant à l’événement. Lorsque les libéraux ont pris le pouvoir, le M. Trudeau a demandé à tous ses ministres d’éviter «tout accès préférentiel ou apparence d’accès préférentiel» à son gouvernement, en fonction des contributions financières qui leur sont versées.

Le journal anglophone a aussi révélé qu’un autre homme d’affaires influent, Zhang Bin, était présent lors de la soirée.

M. Zhang, avec un partenaire, a donné 1 million $ à la Fondation Pierre Elliott Trudeau et à la faculté de droit de l’Université de Montréal, peu de temps après.

Le Globe and Mail dit n’avoir aucune preuve que M. Zhang a payé pour participer à l’activité de financement. En tant que citoyen étranger, il n’a pas le droit de financer un parti politique canadien.

Rappelons qu’un cocktail de financement du ministre des Finances Bill Morneau fait déjà l’objet d’une enquête de la commissaire au lobbying du Canada Karen E. Shepherd.

Aussi sur Canoe.ca

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire