L’ex-animateur vedette Jian Ghomeshi subit son procès à compter de lundi

L'ex-animateur vedette Jian Ghomeshi subit son procès à compter de lundi

TORONTO |  L’ex-animateur vedette Jian Ghomeshi, accusé d’agressions sexuelles, sera en cour dès lundi à Toronto pour le début de son procès très attendu.

Le procès de l’ancienne vedette de la radio de Radio-Canada, qui fait face à quatre chefs d’accusation d’agression sexuelle, se déroulera devant un juge seul. Ghomeshi est également accusé d’avoir vaincu la résistance par étouffement.

Dans le procès qui commence lundi, trois victimes sont concernées: deux femmes dont le nom n’est pas dévoilé en vertu d’un interdit de publication concernant les victimes de violence sexuelle, ainsi que l’actrice et officière de l’armée canadienne Lucy DeCoutere, qui a choisi de sortir de l’anonymat.

Les agressions seraient survenues en 2002 et 2003. L’accusé de 48 ans entretenait des relations avec ces femmes sur le plan social, en dehors du milieu de travail.

Un deuxième procès pour agression sexuelle contre une quatrième femme attend Jian Ghomeshi en juin. Les gestes reprochés seraient survenus au travail à Radio-Canada dans le cas de cette victime.

Un verdict de culpabilité pour une accusation d’avoir tenté de vaincre la résistance par étouffement peut entraîner la prison à perpétuité. Un verdict de culpabilité pour une agression sexuelle peut entraîner une peine de 18 mois de prison.

Vidéo choquante

 Le diffuseur public a congédié l’ancien animateur de l’émission Q le 26 octobre 2014 après que ce dernier eut montré à son employeur une vidéo de ses relations sexuelles. Il voulait démontrer que, bien qu’elles soient brutales, ses relations étaient consensuelles. La vidéo montrait notamment des ecchymoses sur une femme qu’il avait rencontrée.

Pressentant qu’il ferait l’objet d’un scandale sexuel dans les médias, il avait tenté de prendre les devants en montrant la vidéo à deux cadres de CBC pour leur expliquer ses pratiques sexuelles. Il avait été congédié par la suite.

Juge et avocats réputés

Selon le magazine Maclean’s, le juge William Horkins, qui préside le procès, est un ancien avocat de la défense spécialisé en affaires criminelles, réputé brillant mais sévère. L’avocate de la défense, Marie Heinen, qui a défendu avec succès plusieurs personnalités publiques dans des affaires de violence sexuelle, a la réputation d’être dramatique et impitoyable en contre-interrogatoire. «Elle sait trouver leurs faiblesses et les exploiter», a dit un spécialiste au magazine torontois.

D’autre part, toujours selon Maclean’s, le procureur de la Couronne est reconnu pour son approche méthodique, son intelligence et sa ténacité.

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire