L’ex-policier André Simard débouté par la Cour d’appel

L'ex-policier André Simard débouté par la Cour d'appel

Condamné à passer deux ans moins un jour en prison, le policier de Saguenay André Simard a été débouté sur toute la ligne par la Cour d’appel, vendredi.

Simard avait été condamné en juin 2014 après avoir été reconnu coupable de six chefs d’accusation d’agression sexuelle et de cinq autres de trafic de haschich. La décision du plus haut tribunal au Québec l’oblige donc à reprendre le chemin des cellules.

André Simard contestait l’appréciation des témoignages des plaignantes, par le juge Rosaire Larouche, autant pour les agressions sexuelles que pour le trafic de stupéfiants.

Le procès avait révélé que le policier, chez lui, sur son ponton ou chez un ami, offrait du haschich aux plaignantes et obtenait des faveurs sexuelles par la suite.

Les juges Doyon, Kasirer et Parent ne retiennent aucune de ses prétentions sur le consentement tacite des plaignantes, et rejettent son argument à l’effet que plusieurs de celles-ci l’ont revu par la suite.

Simard frappe également un mur au sujet des chefs de trafic de haschich. La Cour d’appel statue que son comportement correspondait à la définition de trafic de stupéfiants inscrite dans le Code criminel.

L’avocat qui a défendu l’accusé en Cour d’appel, Me Dominic Bouchard, veut analyser le jugement avant de commenter en profondeur. «Je peux vous dire que mon client est triste présentement».

Les modalités du retour de Simard en prison seront établies ces prochaines heures.

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire