L’Hôpital fédéral Sainte-Anne finalement cédé au Québec pour 1 $

L'Hôpital fédéral Sainte-Anne finalement cédé au Québec pour 1 $

L’hôpital fédéral Sainte-Anne, récemment rénové à fort coût et qui vaut 130 M$, est finalement cédé au Québec pour la somme de 1 $.

Les négociations pour le transfert de l’hôpital des anciens combattants, à Sainte-Anne-de-Bellevue, étaient entamées depuis 2009. Il s’agissait du dernier hôpital fédéral au Canada.

«Il fallait donner accès à la population locale à l’hôpital! On ouvre la porte aux gens qui sont dans le besoin», se réjouit le député fédéral libéral de Lac-Saint-Louis, Francis Scarpaleggia, qui avait dénoncé la lenteur du dossier en 2015.

Le 1er avril dernier, le ministère fédéral des Anciens Combattants a cédé l’hôpital (et les meubles et fournitures) pour la somme symbolique de 1 $ au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal, a appris Le Journal grâce au document de cession.

Il s’agit d’une procédure habituelle dans ce genre de cession. Or, la valeur marchande de l’immeuble est de 130 millions $.

Hébergeant 303 vétérans, l’hôpital devient un centre d’hébergement avec une expertise en gériatrie. En septembre prochain, 96 patients de la résidence montréalaise Grace Dart y seront transférés. L’hôpital compte 446 lits.

photo d’Archives

Des chambres entièrement rénovées étaient vacantes lors du passage du Journal, en 2012.

Insatisfaits des conditions de travail moins avantageuses au provincial, 42 % des quelque 1000 employés de l’hôpital (infirmières, préposés, cols bleus, etc.) ont refusé d’être transférés. La plupart ont pris leur retraite.

«C’est sûr que la transition ne fait pas notre bonheur, ça a été interminable et dur sur le moral de l’ensemble des employés», dit Patrick Leblanc, porte-parole du syndicat de l’Alliance de la fonction publique du Canada.

Des sources internes ont aussi confié au Journal que le transfert représente de «grands défis» et changements. Au CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île, on répond qu’une campagne de recrutement a permis d’assurer la transition sans «aucun problème».

Malgré une baisse de clientèle, l’hôpital avait fait l’objet de rénovations majeures (117 M$), au cours des dernières années. Résultat: des étages complets étaient laissés vacants. Certaines chambres et salles de bain n’avaient même jamais été utilisées.

Par ailleurs, les vétérans hébergés continueront de recevoir certains services spécialisés auxquels ils avaient droit (médecin sur place en tout temps, inhalothérapie, etc.) Selon le CIUSSS, les coûts seront assumés par le fédéral. Hier, le ministère des Anciens Combattants n’a pas rappelé Le Journal.

Il a été impossible de savoir combien il en coûtera à Québec pour faire fonctionner l’endroit.

Hôpital Sainte-Anne en chiffres

Construit en 1917
Comprend 446 lits
Accueille 303 vétérans de la Deuxième Guerre mondiale et de la guerre de Corée
Valeur marchande de l’immeuble: 130 M$
Rénovations de 114 M$ dans les dernières années
Âge moyen des patients: 90 ans
Deux cliniques de soins pour le syndrome post-traumatique
Il s’agissait du dernier hôpital du gouvernement fédéral

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire