L’humoriste Dominique Lévesque meurt d’un arrêt cardiaque à 64 ans

L'humoriste Dominique Lévesque meurt d'un arrêt cardiaque à 64 ans

L’humoriste Dominique Lévesque est décédé mardi d’un arrêt cardiaque, à l’âge de 64 ans, a appris TVA Nouvelles.

L’humoriste et comédien Dominique Lévesque, ancien membre du Groupe sanguin, est décédé mardi d’un arrêt cardiaque, à l’âge de 64 ans.

L’incident serait survenu au cours d’une activité de plongée, alors qu’il se trouvait au Honduras, en compagnie de sa conjointe et de son jeune fils, a appris TVA Nouvelles.

Dominique Lévesque s’est fait connaître notamment pour son rôle au sein du groupe d’humoristes rassemblés sous le nom de Groupe Sanguin vers la fin des années 1980, dans lequel il figurait aux côtés de Dany Turcotte, Émile Gaudreault, Marie-Lise Pilote et Bernard Vandal.

«C’est une triste nouvelle qui nous démontre bien à quel point la vie est fragile», a confié Marie-Lise Pilote, qui avait partagé un repas avec lui il y a tout juste un mois.

«Salut mon grand frère Dominique, un hyperactif qui n’était jamais capable de s’arrêter… sauf pour lire!» a dit sur sa page Twitter la s’ur du disparu, la journaliste Lia Lévesque.

Anéanti, Dany Turcotte a dit dans un communiqué que son départ le laissait dans «un vide immense». «Plus qu’un complice professionnel, Dominique est mon ami depuis 35 ans. Du plus loin que je me souvienne, il fait partie de ma vie», a-t-il mentionné.

«C’est quelqu’un de qui j’ai beaucoup appris sur le métier, a-t-il précisé. À la dissolution du Groupe Sanguin, j’ai formé avec lui le duo Lévesque & Turcotte avec qui j’ai sillonné le Québec pendant de nombreuses années.»

Tout en adressant ses condoléances à sa conjointe et à ses enfants, Dany Turcotte a dit vouloir garder de lui «le souvenir d’un homme extrêmement engagé dans ses projets et très peut-être trop travaillant de qui la plus grande fierté était ses trois beaux enfants».

Humoriste et comédien

Parmi les personnages de Dominique Lévesque, celui du «gars fatigué» a su marquer l’imaginaire québécois et est même apparu dans quelques publicités.

En avril dernier, l’humoriste qui était également le producteur au contenu de l’émission «Testé sur des humains», avait laissé entendre qu’il caressait un possible retour sur scène, dans le monde du spectacle. «D’ici deux ans», avait-il confié en entrevue au magazine «Échos Vedettes», mais il excluait d’emblée les grandes tournées, affirmant que ce type d’exercice lui donnait un trac insurmontable.

Outre l’humour, M. Lévesque a également été comédien dans des films et séries télévisées.

Communauté artistique secouée

Michel Côté, qui a été l’un de ses partenaires sur le plateau du film «La vie après l’amour» en 2000, s’est dit «sous le choc». «C’était un gars charmant, très intelligent, agréable à travailler. 64 ans… c’est deux ans de moins que moi. C’est très jeune», a commenté le comédien.

Normand Brathwaite a bien connu Dominique Lévesque, qu’il a reçu sur son plateau de «Piment Fort» à de multiples occasions. «C’était un gars vraiment brillant, un auteur, un gars de scène avec un casting très particulier. J’ai beaucoup d’admiration pour ce gars-là», a évoqué l’animateur, secoué par la nouvelle.

«C’est un gars qui avait décidé de travailler dans l’ombre, a-t-il ajouté. C’était un gars timide, extrêmement sympathique, gentil à travailler, très professionnel.»

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire