Loto-Québec enquête sur une gagnante

Loto-Québec enquête sur une gagnante

Loto-Québec a refusé de remettre un lot de 50 000 $ remporté par une jeune employée de dépanneur, prétextant qu’elle n’a pas de preuve d’achat de son billet.

Ariane Turgeon-Marcotte travaille au Dépanneur Rapido du secteur Vanier, à Québec. La semaine dernière, durant son quart de travail, elle s’est procuré un billet au Loto Mini.

Elle assure avoir payé son dû «plus tard» à son patron, comme elle en a l’habitude. Elle n’a toutefois pas gardé la preuve d’achat.

«J’ai acheté des billets les trois journées que j’ai travaillées la semaine dernière, assure-t-elle. Parce que je travaille là, je peux me faire créditer de la nourriture ou des billets de loterie et les payer plus tard», explique la jeune femme.

Le tirage a eu lieu vendredi soir. Et, le lendemain matin, juste avant d’ouvrir les portes du commerce, elle a vérifié son billet, elle-même, avec la machine. «J’avais gagné! J’ai crié!» raconte-t-elle.

Interrogatoire

Cependant, sa visite chez Loto-Québec, lundi, lui a fait perdre le sourire. Après avoir rempli le formulaire et indiqué qu’elle travaillait chez le détaillant où elle avait acheté le billet, les choses se sont compliquées.

«J’ai eu droit à un vrai interrogatoire de police par une enquêteuse. Ç’a pris plus d’une heure avant de me faire dire qu’elle ne paierait pas mon lot, parce que je n’avais pas une preuve que je l’avais payé. Ils pensent que je n’ai pas payé le billet», a-t-elle décrit au Journal. En colère, elle jure avoir payé le billet qui est aujourd’hui entre les mains de Loto-Québec.

Preuve d’achat exigée

Le propriétaire du Dépanneur Rapido, Sylvain Chabot, souligne qu’il crédite à l’occasion de la marchandise.

«Normalement, les billets sont payés […], mais là, Loto-Québec exige une preuve d’achat parce qu’elle est employée chez nous», a-t-il dit.

La société d’État rencontrera le propriétaire jeudi et ils pourront examiner les bandes vidéo afin d’évaluer les habitudes d’achat d’Ariane.

«L’enquêteuse va parler avec le propriétaire et regarder le balancement de la caisse. Elle va faire une série de vérifications, comme les habitudes de consommation de loterie de la personne en question, pour ultimement en venir à une décision», a expliqué Patrice Lavoie, le porte-parole de Loto-Québec.

« Processus corsé »

Il s’agit d’un processus normal, selon Loto-Québec, principalement lorsque l’employé d’un détaillant remporte un montant.

«Le processus est plus corsé que celui qui s’adresse à l’ensemble des clients», a-t-il mentionné, avançant vouloir protéger le détaillant ainsi que la perception que les gens peuvent avoir envers l’employée.

«S’il n’y avait pas de vérifications, les clients pourraient se demander si elle a volé le billet ou si elle a bel et bien acheté le billet.»

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire