Maire de L’Assomption un pas de plus vers la mise en accusation

Maire de L'Assomption  un pas de plus vers la mise en accusation

Le gouvernement du Québec a officiellement engagé une procédure judiciaire pour contester le maire de L ‘ Assomption, accusé de ‘ abus de confiance criminel.

MONTRÉAL – Le gouvernement du Québec entame officiellement les procédures légales pour destituer Jean-Claude Gingras, le maire de L’Assomption, accusé d’abus de confiance au criminel.

Une requête en ce sens a été déposée au palais de Justice vendredi dernier.

Elle sera présentée officiellement jeudi au palais de Justice de Joliette.

Elle vise à faire «déclarer (M. Gingras) provisoirement incapable d’exercer toute fonction liée à sa charge de maire».

Intérêt public

«Une personne raisonnable, objective et bien informée de l’accusation d’abus de confiance portée contre (M. Gingras) ainsi que de la nature et de la gravité d’une telle infraction pour un fonctionnaire public, estimerait justifié dans l’intérêt public qu’il soit déclaré provisoirement incapable d’exercer toute fonction reliée à sa charge de maire (…) afin de préserver la confiance des citoyens envers les institutions municipales», peut-on lire dans la requête.

M. Gingras a été avisé de la situation vendredi dernier, a indiqué l’attachée de la ministre de la Justice. M. Gingras n’a toutefois pas rappelé le Journal de Montréal.

La semaine dernière, le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, avait demandé à sa collègue de la Justice d’étudier la possibilité de relever le maire de ses fonctions.

Il avait alors souligné dans un communiqué que les deux vérificateurs dépêchés à L’Assomption il y a un peu plus d’un mois avaient relevé d’importants problèmes.

Controverse

Le maire Gingras n’en est pas à une controverse près.

En plus d’être accusé d’abus de confiance à l’issue d’une enquête de l’UPAC, il a fait les manchettes lorsqu’il a été arrêté pour conduite avec facultés affaiblies et qu’il a accusé les policiers de complot contre lui.

De plus, les policiers de’L’Assomption ont multiplié les griefs à son endroit, des citoyens ont porté plainte à la Commission municipale et puis réclamé la mise en tutelle de la Ville.

M. Gingras a de plus été arrêté par l’UPAC en juillet alors qu’on le soupçonnait d’entrave à la justice.

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire