Man’uvre électorale frauduleuse, condamné à verser une amende de 1000 $

Man'uvre électorale frauduleuse, condamné à verser une amende de 1000 $

Reconnu coupable de man’uvre électorale frauduleuse, celui qui a été présenté comme le contact de la firme d’ingénieurs Génivar au parti Libéral du Québec, William Keays, a été condamné, vendredi, à verser une amende de 1000 $.

C’est le 29 juillet dernier que Keays, à la fois solliciteur officiel au PLQ et directeur du développement des affaires chez Génivar, a été trouvé coupable de financement sectoriel.

En 2009, l’homme avait participé à du financement politique moyennant rétribution en demandant aux employés de Génivar de faire des dons au parti Libéral.

Ceux-ci se faisaient ensuite rembourser leurs dons en bonifiant leur compte de dépenses qu’ils soumettaient à l’entreprise.

Premier employé

Poursuivi par le Directeur général des élections dans la foulée de la Commission Charbonneau, William Keays a été le premier employé d’une firme d’ingénieurs à être reconnu coupable de l’une «des infractions les plus graves» de la loi sur les élections.

Une loi qui a d’ailleurs été renforcée depuis la Commission Charbonneau et qui entraîne aujourd’hui des peines beaucoup plus sévères que celles à quoi était passible M. Keays.

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire