Michel Larouche se justifie sur Facebook

Michel Larouche se justifie sur Facebook

Michel Larouche est revenu, vendredi, sur le test du polygraphe qu’il a passé mercredi dernier par l’entremise d’un groupe Facebook fermé destiné à partager de l’information sur la disparition d’Hélène Martineau.

Dans ce long message, Michel Larouche se vide le c’ur sur une expérience qu’il a vécue difficilement. Il y raconte en détail comment s’est déroulé le test du détecteur de mensonges, test qui devait servir à éliminer les soupçons qui pèsent sur lui.

Se justifiant sur ses déclarations de jeudi, il a affirmé hier qu’il ne connaissait pas le résultat exact de la procédure. Il prétend maintenant qu’il n’a jamais «confirmé ni infirmé» son échec au test du polygraphe.

Photo courtoisie

Hélène Martineau, disparue

UNE EXPÉRIENCE DIFFICILE

Selon lui, les policiers ont utilisé cet exercice pour le faire parler et pour qu’il s’incrimine. «Je l’ai vécu du début à la fin comme un moyen d’obtenir mes aveux.»

Il prétend avoir dû répondre à la série de questions posées par les policiers six fois alors qu’il faudrait habituellement y répondre à trois reprises, selon ses dires.

«Était-ce parce que ce n’était pas concluant’ Était-ce par ce qu’ils n’obtenaient pas ce qu’ils voulaient’ Étais-je trop nerveux, trop fatigué, trop… », écrit Michel Larouche.

Le test aurait duré plus de cinq heures et serait venu à bout de ses nerfs. «J’avais faim, le stress montait continuellement […].J’avais les mains tremblantes et les genoux qui s’entrechoquaient», poursuit-il.

PRIORITÉ À LA RECHERCHE

Michel Larouche persiste dans sa volonté de publiciser le plus possible la disparition de sa femme, dans l’espoir qu’on la retrouve un jour.

Sa priorité est de remplacer les avis de recherche et d’en mettre ailleurs qu’à Arvida et qu’au Saguenay, notamment dans le métro de Montréal. Il compte en afficher dans toutes les marinas et tous quais de mises à l’eau de la région. Michel Larouche veut aussi s’assurer qu’on fasse des recherches sur le Saguenay.

Celui qui est considéré comme un suspect par les policiers clame à nouveau son innocence dans ce message.

«Je ne l’ai pas tuée. C’est l’amour de ma vie et cela demeurera toujours l’amour de ma vie.»

Hélène Martineau est disparue le matin du 12 avril. Sa famille est sans nouvelles d’elle depuis. La Sûreté du Québec mène l’enquête depuis six semaines, mais très peu de progrès ont été effectués au cours des derniers temps.

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire