Miraculée de l’hôpital elle décide de mettre de la lumière dans les chambres

Miraculée de l'hôpital elle décide de mettre de la lumière dans les chambres

RIVIÈRE-DU-LOUP | Après avoir frôlé la mort pendant un accouchement, une artiste du Bas-du-Fleuve a décoré les chambres de la pédiatrie.

Marie-Josée Gagnon a subi une rupture de l’utérus, alors qu’elle mettait son garçon au monde en 2003, à l’hôpital de Rivière-du-Loup.

Elle se dit convaincue que l’expertise et l’intervention rapide de tous les professionnels les ont sauvés, son fils et elle.

«J’ai subi une césarienne d’urgence et le bébé ne se portait vraiment pas bien. De mon côté, ce sont des souvenirs très flous.»

Après qu’on eut stabilisé son état, elle a dû attendre trois jours avant de pouvoir serrer son bébé contre elle. «Complètement assommée par les médicaments, j’étais convaincue que mon petit était mort, malgré qu’on m’assurait le contraire. Quand je l’ai vu, c’était tout un moment. On m’a aussi annoncé que je ne pourrais plus avoir d’enfants, à cause de la rupture utérine. Ça m’a pris beaucoup de temps avant d’en faire le deuil.»

À la suite de cet événement éprouvant, Marie-Josée Gagnon s’était promis de redonner un jour à ceux qui l’ont aidée. Inspirée par une visite dans un hôpital de Québec, elle a proposé de peindre les murs du département de pédiatrie de l’hôpital avec des images agréables pour les enfants.

Une dizaine de bénévoles et elle ont pris chacune de 300 à 600 heures de leur temps et une année complète pour réaliser le projet.

Un baume

«Ça change tout», affirmait Jean-Philippe Nadeau, chef de service famille enfance jeunesse à l’hôpital de Rivière-du-Loup.

«Ça permet d’arrêter de parler de la douleur, de penser à autre chose, pendant qu’un soin est donné, par exemple. Lorsqu’un enfant vient plus régulièrement, il reconnaît les lieux, les couleurs, les images.»

Chambre à thème

Les infirmières attribuent maintenant une chambre avec les phrases «chambre des hiboux» ou «chambre des montgolfières», plutôt qu’un simple numéro.

Les artistes bénévoles menées par madame Gagnon n’entendent pas s’arrêter là dans leurs projets.

D’autres projets

Après la pédiatrie, elles souhaitent s’attaquer à la salle de l’hôpital où sont donnés les traitements de chimiothérapie. «Encore une fois, le même objectif est poursuivi, soit adoucir les moments difficiles que doivent vivre les patients», conclut Marie-Josée Gagnon.

Étiquettes : , , , , , , , ,

Laisser un commentaire