Négociations nucléaires, encore beaucoup de divergences

Négociations nucléaires, encore beaucoup de divergences

TÉHÉRAN, Iran – Il y a encore «beaucoup de divergences dans les détails» d’un accord nucléaire que l’Iran et les grandes puissances souhaitent conclure d’ici au 30 juin, a déclaré samedi le président iranien Hassan Rohani.

«Le cadre voulu par la République islamique d’Iran est accepté par le groupe 5+1, mais il existe encore beaucoup de divergences dans les détails qui doivent être réglés», a déclaré M. Rohani lors d’une conférence de presse qui marquait le deuxième anniversaire de son élection.

«Nous sommes très sérieux dans les négociations. Nous ne cherchons pas à gagner du temps, mais dans le même temps nous ne sommes pas prisonniers du temps. Nous ne sommes pas pressés et nous cherchons à utiliser toutes les occasions pour avoir un bon accord», a-t-il ajouté.

La délégation iranienne et celles des pays du groupe 5+1 (États-Unis, Russie, Chine, Royaume-Uni, France et l’Allemagne) sont actuellement réunies à Vienne pour tenter de faire progresser les négociations afin d’aboutir à un accord final.

L’accord final doit garantir le caractère strictement pacifique du programme nucléaire de Téhéran, en échange d’une levée des sanctions internationales qui affectent l’économie iranienne.

Vendredi, un haut responsable russe s’est inquiété que les négociations étaient «en train de ralentir», à deux semaines de la date butoir.

«Cela nous inquiète beaucoup car il reste très peu de temps (…) et nous avons besoin de manière urgente d’arriver à l’étape finale», a expliqué Serguei Riabkov, le chef des négociateurs russes dans ces pourparlers.

M. Rohani a d’autre part critiqué les pays occidentaux qui selon lui «marchandent» en permanence sur les termes de l’accord nucléaire.

«Dans une réunion nous arrivons à un accord avec l’autre partie mais la fois suivante, ils commencent à marchander, ce qui retarde les négociations», a-t-il affirmé.

«Si l’autre partie respecte le cadre convenu et ne présente pas d’autres exigences, les différences peuvent être réglées», a assuré le président iranien, qui a souligné avoir toujours «l’espoir» de parvenir à un accord.

Le président iranien a également affirmé que «plusieurs mois s’écouleront» entre le moment de la signature de l’accord et son application.

«Nous sommes en train d’en discuter», a déclaré M. Rohani, interrogé sur le calendrier de la levée des sanctions internationales.

Selon lui, une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU annulant des résolutions précédentes sur ce dossier «sera le premier pas et sera une garantie pour l’application de l’accord».

«Ensuite, cela prendra plusieurs mois pour appliquer tous les engagements», a-t-il ajouté, en allusion aux sanctions unilatérales de l’Union européenne et des États-Unis.

Ces sanctions, mises en place en 2012, visaient les secteurs pétrolier et financier de l’Iran et ont plongé le pays dans une profonde crise économique. 

M. Rohani a affirmé que les négociations étaient «jusqu’ici une grande victoire pour la nation iranienne». Les grandes puissances ont reconnu le droit de l’Iran à posséder un programme d’enrichissement d’uranium et les sites d’enrichissement de Natanz et Fordo resteront ouverts, a-t-il expliqué.

Aussi sur Canoe.ca

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire